Financement de l'éducation

Selon 'objectif n°4 de développement durable des Nations Unies, la communauté internationale donne clairement la priorité à l'éducation des enfants les plus jeunes et vulnérables. Cependant l'éducation en situations d'urgence reste chroniquement sous-financée.

Principaux défis du financement de l'éducation en situations d'urgence

L'architecture internationale de l'aide à l'éducation a été largement critiquée comme n'étant pas adaptée à l'objectif d'atteindre les personnes en situation de crise. Selon le rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO de 2019, 800 millions de dollars par an ont été dépensés pour l'éducation des réfugiés. Les experts estiment que cela représente seulement un tiers du montant nécessaire pour l'éducation des étudiants réfugiés. Les bailleurs de fonds exigent généralement des pays qu'ils fassent preuve d'une bonne rentabilité comme condition d'octroi de prêts dans le cadre d'un financement traditionnel. Cela suppose un degré de stabilité impossible à atteindre pour de nombreux pays en situations d'urgence. Une grande partie de l'aide internationale à l'éducation repose sur l'État, ce qui pose des problèmes logistiques lors du financement de l'éducation des populations migrantes. Par ailleurs, la distribution de l'aide pâtit souvent des procédures bureaucratiques lentes et rigides qui ne peuvent pas répondre convenablement à des situations d'urgence.

Le financement interne de l'éducation dans les pays touchés par des conflits est insuffisant. Bien que le cadre d'action Éducation 2030 de l'UNESCO prévoit qu'au moins 4% du PIB ou 15% des dépenses publiques soient dédiés à des allocations, la majorité des pays à faible revenu (y compris ceux touchés par des situations d'urgence) ont du mal à mobiliser efficacement ce niveau d'autofinancement.

En l'état actuel des choses, pour combler le déficit de financement nécessaire pour atteindre les 33,8 millions d'enfants et d'adolescents non scolarisés dans les pays touchés par des conflits, un déficit de financement de 39 milliards de dollars par an doit être comblé. Bien qu'il incombe aux gouvernements d'assurer le droit à l'éducation de leurs citoyens, après avoir pris en compte les dépenses intérieures prévues un minimum de 38$ par enfant et 113$ par adolescent est nécessaire annuellement auprès de sources de financement extérieur pour assurer l'éducation dans des contextes conflictuels.

Les demandes de ressources du secteur de l'éducation sont largement minoritaires dans les programmes d'intervention humanitaire. Elles ne reçoivent qu'une petite partie de ce qui est demandé , double désavantage. Le financement mondial de l'aide humanitaire pour l'éducation a atteint 450 millions de dollars en 2016, dont 301 millions de dollars pour des actions d'intervention humanitaire. Les appels coordonnés de l'ONU n'ont suscité qu'une fraction du montant nécessaire, avec un déficit estimé à 41%. Sur le total de l'aide humanitaire, l'éducation n'a reçu que 2,1 %.

Source: (Rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO 2018)
Source: Rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO 2018

Le financement de l'éducation dans les situations d'urgence exige une coopération et une coordination accrues entre les organismes humanitaires et d'aide au développement. L'aide humanitaire soutient généralement les interventions d'urgence de courte durée, souvent inappropriées étant donné le nombre élevé de crises qui perdurent dans le monde, ainsi que la durée moyenne du statut de réfugié  allant au delà d'une décennie. Les ONG ont réagi à la scission entre l'aide humanitaire et le développement de l'éducation en mettant en place des mécanismes de financement novateurs notamment avec le fonds "L'éducation sans délai".

L'objectif cible 4.5 de développement durable des Nations Unies vise à “assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle.” Pourtant, l'éducation dans les situations d'urgence sur des sites où la vulnérabilité est évidente reste chroniquement sous-financée. Avec 3,7 millions d'enfants réfugiés non scolarisés, les donateurs externes devraient donner la priorité à l'éducation lorsque les gouvernements ne le font pas. Malgré les coûts élevés de l'éducation dans les situations de crise, le coût d'un financement inadéquat de l'éducation dans les situations d'urgence est beaucoup plus élevé.

Cette publication a été réalisée avec le soutien de Francine Menashy, professeur à l'Université du Massachusetts à Boston.

Manuel/Guide

Guide de référence de l’inee sur le financement extérieur de l’éducation

Publié par
Réseau Inter-agence pour l'éducation en situations d'urgences (INEE)

Ce Guide de référence a été élaboré par le Groupe de travail INEE sur l’Éducation et la Fragilité en réponse aux demandes de spécialistes de l’éducation pour une description simple des différents types d’aide extérieure pour l’éducation.

Arabe
Bosniaque
Croate
Anglais
Français
Serbo-croate
Espagnol
Déclaration de plaidoyer

L’éducation ne peut attendre - Justification de l’investissement

Publié par
Education Cannot Wait (ECW)

En raison du nombre croissant de conflits, de catastrophes naturelles et d’autres crises, 75 millions d’enfants et de jeunes en âge d’être scolarisés, notamment des filles, ont désespérément besoin d’un soutien éducatif

Anglais
Français
Espagnol
Page web

Partenariat mondial pour l'éducation

Publié par
Partenariat Mondial pour l'éducation (PME)

GPE is a multi-stakeholder partnership and funding platform that aims to strengthen education systems in developing countries in order to dramatically increase the number of children who are in school and learning.

Anglais
Français
Document de politiques

L'Aide humanitaire pour l'éducation: les raisons de son importance, pourquoi il faut l'intensifier

Publié par
Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)
,
Education for All Global Monitoring Report (EFA GMR)

Comme nous le verrons cependant dans le présent document, le système d’aide humanitaire néglige l’éducation des enfants et des adolescents dans les pays touchés par un conflit ou sortant de conflit. L’aide doit être à la fois intensifiée et mieux ciblée.

Anglais
Français
Espagnol
Document de politiques

Chiffrer le droit à l’éducation: Le coût de la réalisation des nouvelles cibles d’ici à 2030

Publié par
Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)
,
Education for all Global Monitoring Report (EFA GMR)

Comme le montre le présent document, il manque 39 milliards de dollars des États-Unis par an pour réaliser une éducation préprimaire, primaire et secondaire universelle de bonne qualité dans les pays à revenu faible et moyen inférieur au cours de la période 2015-2030.

Chinois, Mandarin
Anglais
Français
Espagnol