Éducation en Situations d'Urgence

« Éducation en situations d'urgence » désigne les opportunités d'accès à un apprentissage de qualité pour tous les âges en situations de crise, notamment le développement de la petite enfance, du primaire, du secondaire, non formel, technique, professionnel, de l'enseignement supérieur et de l'éducation pour adulte. Dans les situations d'urgence, l'éducation fournit une protection physique, psychosociale et cognitive qui peut aider à soutenir et à sauver des vies. Des exemples de crises courantes dans lesquelles l'éducation en situations d'urgence est essentielle comprend les conflits, les situations de violence, les déplacements forcés, les catastrophes et les urgences sanitaires. L’éducation en situations de crise est un concept plus large que « la réponse d'urgence à l'éducation » qui en est une partie essentielle. (INEE, 2018)

Les droits de l'enfant et des jeunes ne sont pas mis en suspend en situations d'urgence. Cela comprend le droit à l'éducation. Une éducation de qualité protège le développement cognitif et soutient le bien être psychosocial. En temps de crise, cela apporte un sentiment d'espoir pour les enfants.

La promesse de l'Objectif de Développement Durable 4 (ONU, 2015), qui assure une éducation de qualité inclusive et équitable pour toutes et tous en 2030, ne sera pas atteinte sans un plus grand engagement dans la planification, la priorisation ainsi que la protection de l'éducation en particulier dans des contextes de conflits et de crises.

Statistiques clés

  • En 2019, 79,5 millions de personnes ont été déplacées de force dans le monde : 26 millions de personnes réfugiées, 4,2 millions de demandeurs d'asiles, 45,7 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays (HCR, 2020)
  • En 2020, l'éducation a obtenu seulement 2,4 % de l'aide humanitaire totale (INEE, 2020)
  •  Il y a eu plus de 11 000 attaques contre les écoles entre 2015 et 2019- blessant plus de 22 000 étudiant.e.s et enseignant.e.s dans 93 pays. (GCPEA, 2020)
  • Même avant la pandémie de la COVID-19, 127 millions d'enfants et de jeunes en âge d'être en école primaire et secondaire vivant dans des pays en situations de crise, étaient déscolarisés en 2019, soit presque 50 % de la population déscolarisée globale. (INEE, 2020)
  • En 2019, le taux de déscolarisation des enfants et des jeunes du primaire et du secondaire vivant dans des pays touchés par une crise était de 31 % chez les filles et de 27 % chez les garçons. (INEE, 2020)
  • Alors que seulement 29 % de la population mondiale en âge d'être à l’école primaire et secondaire vivaient dans des pays en situations de crise, ces pays étaient aussi les foyers pour 49 % des enfants et des jeunes déscolarisés au niveau mondial du primaire et du secondaire. (INEE, 2020)
  • En 2021, 235 millions de personnes nécessiteront une aide humanitaire et une protection. Cela signifie qu'une personne sur 33 au niveau mondial a besoin d'aide - une augmentation considérable comparé au taux d'une personne sur 45 d'il y a un an, ce qui était déjà le chiffre le plus haut depuis des décennies (UNOCHA, 2020)
  • Moins d’un tier des personnes réfugiées sont scolarisées au niveau secondaire, avec une différence conséquente entre les garçons et les filles : 36 % des réfugiés hommes sont inscrits au niveau secondaire comparé à seulement 27 % chez les femmes réfugiées. (Save the Children, 2020)

Éducation : une action qui sauve des vies

Les enfants, les parents et les communautés nécessitent l'accès à l'éducation

 J Arredondo, IRC
Une école sans toit accueille des élèves de 3e et 4e année dans le village d'El Rosario, dans le département de Nariño, en Colombie © J Arredondo, IRC

Lorsque l'on demande aux enfants et parents vivant dans des situations d'urgence et de crise ce dont ils et elles ont le plus besoin, ils et elles disent sans cesse vouloir continuer leur études. Selon 8 749 enfants vivant dans 17 situations d'urgence différentes- allant d'un conflit aux crises et catastrophes prolongées- qui ont participé à 16 études faites par huit organisations couvrant ces 17 situations d'urgence, 99 % de ces enfants en situations de crise voient l'éducation comme une priorité. Dans huit sondages réalisés sur 4 713 enfants dans neuf pays en situations d'urgence où on leur a demandé de classer leurs besoins par ordre prioritaire, 38 % ont classé l'éducation comme priorité première et 69 % ont classé l'éducation parmi leur trois priorités plus importantes (Save the Children, 2015, Save the Children, 2014).

Sur le court-terme

En situations d'urgence, l'éducation sauve des vies et est l'une des composantes les plus cruciales dans les stratégies pour la protection de l'enfance. Les enfants déscolarisés et les jeunes sont exposés à un plus grand risque de violence, viol, d'enrôlement dans les combats, la prostitution et d'autres activités, souvent criminelles, menaçant leurs vies (NORRAG, 2012). L'éducation dans ces contextes peut également fournir aux enfants des informations vitales, notamment l'autoprotection contre les abus sexuels, la sensibilisation face aux mines antipersonnels, le lavage des mains et d'autres compétences de survie nécessaires dans ces contextes spécifiques (L'Université de Denver, 2010). De façon importante, fournir l'accès à l'éducation en situations d'urgence renforce le progrès déjà fait par les enfants et les jeunes scolarisés, soutenant les investissements fait par les enfants, les parents ainsi que les communautés ce qui réduit l'impact des interruptions causé par les crises.

Sur le long terme

L'éducation ne protège pas uniquement des situations traumatisantes, des blessures ou de la mort en pleine crise, mais aussi contre de futures menaces envers le bien-être et les moyens d'existence. L'éducation offre un retour à une routine plus habituelle et inspire l'espoir pour le futur, mitigeant l'impact psychosocial de la violence et de la relocalisation. Une éducation de qualité fournie lors de conflits peut aussi prévenir des causes sous-jacentes de la violence, favoriser l'intégration, la tolérance, sensibiliser sur les droits humains, la résolution de conflit - soutenant les processus à long terme de reconstruction et de paix (NORRAG, 2015). L'éducation est essentielle pour que les enfants et les jeunes puissent atteindre leur plein potentiel, cela guide toutes les étapes du chemin vers une vie meilleure, en particulier pour les plus démunis et les plus vulnérables. L'éducation rend les filles et les jeunes femmes plus autonomes, plus précisément en augmentant leur chance de trouver un emploi, de rester en bonne santé et de participer entièrement à la société- cela stimule aussi les chances de leurs enfants à mener des vies saines (UNESCO, 2013)