Se Détacher du Langage Capacitiste au sein du Processus Éditorial du JEiE

Publié par
Réseau Inter-agence pour l'éducation en situations d'urgences (INEE)
Journal sur l’éducation en situations d’urgence
Written by
Ruqaiyah Zarook
Publié
Sujet(s)
Diversité, Équité et Inclusion
Education inclusive - handicap
Anglais
Français

Le Journal on Education in Emergencies (JEiE) a supprimé des termes capacitistes, tels que « étude à l'aveugle » et « en double aveugle » en anglais pour dire « anonyme », de nos déclarations de politique éditoriale sur notre site Web, de nos échanges avec le Comité de Rédaction du JEiE, et entre membres de la rédaction. À l'avenir, le JEiE emploiera les termes « étude anonyme » ou « doublement anonyme » pour indiquer l'impartialité du processus d'évaluation par les pairs.

Les personnes handicapées ont longtemps été stigmatisées et rabaissées par le langage capacitiste. Shelley Tremain, philosophe du handicap, soutient dans un article sur « le langage capacitiste et son association philosophique » que l'utilisation du terme « examen à l'aveugle » peut être dégradant car « elle associe la cécité au manque de connaissances et implique que les aveugles ne peuvent pas être connaisseurs. » Bien que le terme « examen à l'aveugle » traduise maintenant une promesse d'équité et d'impartialité dans le processus éditorial, ces mots peuvent marginaliser ceux qui ont des déficiences visuelles et fait régresser la façon dont le discours sur le handicap a fini par être compris au fil des années. D'autre part, éviter les termes capacitistes peut avoir pour effet de rendre les publications et conférences plus accessibles, inclusives, et confortables pour ceux qui ont des déficiences visuelles.

Au JEiE, nous voulons nous assurer que nos processus éditoriaux sont équitables et inclusifs de toute la diversité humaine. Tout comme nous avons vu des changements dans l'utilisation du langage autour des questions de race, d'identité de genre et d'orientation sexuelle, il nous sera bénéfique d'être plus conscients de la façon dont les métaphores basées sur le handicap peuvent être préjudiciables et de revoir nos politiques en conséquence. Nous encourageons par conséquent d'autres revues académiques et éditeurs à adopter des alternatives au langage capacitiste au sein du processus d'examen par les pairs et de publication.

 Pour plus d'informations sur l'usage du langage capacitiste, veuillez consulter l'article de blog de Rachel Ades, « An End to Blind Review » , dans lequel elle explique succinctement les raisons de mettre fin à l'utilisation du terme dans le domaine éditorial académique. L'article de J. M. Rodas, « On Blindness », paru dans le Journal des Études sur le Handicap Littéraire et Culturel, examine plus en détail la manière dont le langage du capacitisme au sens large façonne la culture populaire. 

Ruqaiyah Zarook est Assistante Éditoriale au Journal on Education in Emergencies.

 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteure.