Pas d'Éducation, Pas de Protection

Publié par
Alliance pour la protection des enfants dans l'action humanitaire
Réseau Inter-agence pour l'éducation en situations d'urgences (INEE)
Written by
Leanne Cameron
Publié
Sujet(s)
Protection de l'enfant
Coronavirus (COVID-19)
Politiques éducatives
Anglais
Français

En avril 2020, au plus fort des confinements dus à la pandémie de la COVID-19, l'UNESCO a estimé que plus de 1,5 milliard d'étudiant·e·s et de jeunes - près de 90 % dans le monde - n'étaient pas scolarisé·e·s, perturbant les progrès scolaires et le développement social et émotionnel que l'éducation permet. Depuis près d'un an maintenant, les écoles étant fermées à travers le monde en réponse à la pandémie, les enfants et les jeunes ont troqué leurs bancs de classe contre des tables de cuisine.

Pour des millions d'entre elles et eux, cependant, la réalité des fermetures d'écoles liées à la COVID-19 a été beaucoup moins confortable, les laissant incapables de poursuivre leurs études et les exposant à un risque accru d'exploitation et d'abus. Pour les enfants et les jeunes des pays touchés par une crise, en situation d'après-crise et les accueillant des personnes réfugiées, les fermetures d'écoles aggravent les risques et les dommages auxquels ils et elles sont déjà confronté·e·s en raison des effets de la crise qui les entoure.

Au Liban, ce coin tranquille pour y faire ses devoirs pourrait être dans un abri pour les familles dont les maisons et les écoles ont été endommagées ou détruites par l'explosion d'août 2020 à Beyrouth. Les enfants d'une famille de réfugiés syriens, déjà déplacés par la guerre et incapables de trouver une place dans une école libanaise sur-peuplée et sous-financée, peuvent être envoyés travailler dans l'agriculture pour aider à subvenir aux besoins de la famille. Une enfant en milieu rural au Rwanda peut se blottir à côté d'une radio - si la famille en a une - en essayant de suivre les leçons diffusées ; si sa famille soutient l’accès des filles à l’éducation, elle pourra peut-être se concentrer sur ses devoirs au lieu d’assumer des tâches ménagères supplémentaires. Au Sri Lanka, les parents qui connaissent la pauvreté extrême et l'exclusion sociale en tant que travailleurs des plantations de thé peuvent hypothéquer leur maison et leurs biens pour acheter les appareils technologiques nécessaires à l'accès de leurs enfants à l'enseignement en ligne. En Colombie, comme dans l'est de la République démocratique du Congo, les enfants et les jeunes déscolarisés sont des recrues attrayantes pour les groupes rebelles armés.

Dans tous ces contextes, les populations déjà marginalisées, y compris les filles et les jeunes femmes, les enfants et les jeunes handicapés, les jeunes LGBTQI et les enfants et les jeunes en déplacement, risquent d'être davantage exploités et abusés.

Les enfants et les jeunes de ces cinq pays cités en exemples, ainsi que d'autres contextes de crise, ont dû faire face à une perturbation indéfinie de leur apprentissage. Ils et elles ont également perdu un espace important de soutien, de stabilité et de protection alors que leur environnement immédiat devient de plus en plus incertain.

Les écoles contribuent à la santé et au bien-être social, émotionnel, psychologique et physique des enfants et des jeunes. Dans ces contextes difficiles, elles peuvent également fournir une protection physique et une surveillance, des routines et une stabilité, ainsi que servir de points d'entrée pour les familles dans l'accès aux services de santé, de nutrition, d'assainissement et de besoins plus spécialisés. Les enseignant·e·s et le personnel scolaire assurent généralement un niveau de supervision primaire et une première ligne de défense pour les enfants et les jeunes exposés au risque d'abus, de négligence, d'exploitation et de violence.

No education no protection FRE
Cliquez ici pour télécharger le document Pas d'éducation, Pas de protection

L'Alliance et l'INEE ont collaboré pour produire un nouveau document intitulé, Pas d'Éducation, Pas de Protection : Ce que les fermetures des écoles pendant la COVID-19 signifient pour les enfants et les jeunes dans des contextes de crise, qui souligne les impacts négatifs résultant de la combinaison de fermetures soudaines des écoles et de la restriction subséquente de l'accès et de la disponibilité des services, des réseaux sociaux et d'autres moyens de protection pour les enfants et les jeunes dans les contextes de crise.

Ce rapport s'appuie sur des travaux antérieurs présentés dans Peser Les risques : Fermeture et réouverture des établissements scolaires dans le cadre de la COVID-19 - Quand, Pourquoi et Quels Impacts ?  document politique et fournit un examen complet de la littérature disponible et des rapports sur les contextes de crise, qui est complété par des consultations avec des informateurs clés dans cinq contextes de cas.

Dans l'ensemble, le rapport fournit des conclusions sur trois impacts clés des fermetures d'écoles liées à une pandémie. Premièrement, il documente les pertes d'apprentissage et les obstacles à une éducation inclusive et équitable de qualité, démontrant la grande variété de qualité et de fourniture de matériel d'apprentissage à distance et les obstacles - pauvreté, genre et handicap, etc. - qui entravent l'accès. Deuxièmement, le rapport fournit un inventaire des impacts négatifs sur le bien-être des enfants et le développement sain, indiquant comment les fermetures ont interrompu l'accès aux programmes de nutrition, de soins spécialisés et de réadaptation, et aux services de santé mentale et de soutien psychosocial qui soutiennent les enfants et les jeunes réfugiés devant faire face aux séquelles de la guerre et aux traumatismes, en particulier. Troisièmement, le rapport fournit une documentation complète sur les risques et les préjudices amplifiés, en matière de protection de l'enfance, subis par les enfants et les jeunes, démontrant que le milieu familial n'est pas nécessairement un environnement sûr ni sécurisé. Enfin, le rapport propose des recommandations factuelles pour réagir et se remettre des impacts des fermetures d'écoles liées à la COVID-19 et pour se préparer aux chocs futurs.

Aujourd'hui, alors que les gouvernements sont aux prises avec les décisions de rouvrir les écoles, entre les pics épidémiques en cours et la propagation des variants, nous soutenons que l'environnement scolaire doit être compris comme un mécanisme de protection et un service essentiel pour assurer le bien-être des enfants et des jeunes adultes. À ce titre, les décideurs doivent trouver un équilibre entre les prérogatives de santé publique qui peuvent nécessiter la fermeture d'écoles et les conséquences à court et à long terme que cela aura pour les enfants et les jeunes. En abordant les impacts continus de la COVID-19 et en anticipant les futures épidémies ou urgences, les décideurs doivent veiller à ce que les enfants et les jeunes restent au centre de la prise de décision.

 

Les opinions exprimées dans ce blog sont celles de l’auteur.

La Dr Leanne Cameron est une chercheuse indépendante dont les projets précédents incluent le travail avec le professionnalisme des enseignants au Rwanda, la formation des enseignants et l'élaboration de programmes au Mexique, au Sri Lanka et dans toute l'Afrique de l'Est, et le développement de programmes avec des réfugiés réinstallés aux États-Unis. Elle est l'auteure principale de Pas d'Éducation, Pas de Protection.