L’école s’arrête, mais les apprentissages ne doivent pas s’arrêter

Publié par
Réseau Inter-agence pour l'éducation en situations d'urgences (INEE)
Written by
Emma Wagner, Save the Children
Publié
Sujet(s)
Coronavirus (COVID-19)
Urgence - santé
Agendas Internationaux - ODD, Education 2030, etc.
Plaidoyer
Anglais
Français

Cet article fait partie d’une compilation de blogs en lien sur l’éducation en situations d’urgence et la réponse à COVID-19.

Recommandations pour assurer la sécurité et l’apprentissage des enfants pendant et après la crise COVID-19  

​ Jenaica, 4, (pink headscarf), and her family read together at home, in Mindanao, Philippines. © SavetheChildren/Hannah Adcock
Jenaica, 4, (foulard rose), et sa famille lisent ensemble à la maison, à Mindanao, aux Philippines. © SavetheChildren/Hannah Adcock

La crise de COVID-19 met plus que jamais en péril la promesse de l'objectif 4 du développement durable - une éducation de qualité pour tous, inclusive et équitable. Une nouvelle note d'information inter-institutions de Save the Children, de l'UNICEF, de l'INEE, de Plan International, de Finn Church Aid et de Humanity and Inclusion explique qu'avec une action, une coordination et des ressources appropriées, nous pouvons atténuer l'impact des fermetures d'écoles et faire en sorte que les enfants puissent continuer à apprendre.

Depuis le début du mois d'avril, la plupart des pays ont mis en place des mesures nationales de protection de la petite enfance et de fermeture d'écoles et d'universités qui touchent près de 90 % de la population étudiante mondiale, soit plus de 1,5 milliard d'apprenants.

Une éducation de qualité peut donner aux enfants un sentiment de prévisibilité et de routine, et peut contribuer à leur offrir un environnement sûr, protecteur et stimulant pour apprendre et se développer.

Les gouvernements et les bailleurs, en collaboration avec les partenaires nationaux et internationaux, doivent de toute urgence garantir un accès sûr et inclusif à l'enseignement à distance en situation d'urgence, avec des composantes de soutien psychosocial et d'apprentissage socio-affectif pendant et après la crise COVID-19. Cela peut se faire en aidant les gouvernements à planifier et à développer des systèmes éducatifs nationaux flexibles, en donnant aux enseignants et aux soignants le soutien nécessaire pour dispenser l'enseignement à distance et en maintenant et en augmentant le financement international aux pays qui en ont le plus besoin.

Dans tous les pays, les enfants les plus vulnérables et marginalisés - les plus pauvres, les filles, les personnes handicapées ou touchées par la crise - seront plus touchés que les autres. Ils n'auront que peu de possibilités d'apprentissage à distance par l'internet, la télévision, la radio ou les téléphones portables. Il convient donc de leur fournir des matériels d'apprentissage à distance alternatifs à domicile.

Bien qu'il s'agisse d'un type de crise différent en termes d'ampleur et de taux de mortalité, que pouvons-nous apprendre de l'épidémie d'Ebola en 2014-2016 en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone pour garantir la poursuite de l'apprentissage des filles et des garçons pendant  COVID-19 ?

Nous savons que les enfants des familles les plus pauvres ont été contraints d'arrêter d'apprendre et de commencer à travailler pour contribuer au budget du foyer. En Sierra Leone, les garçons ont déclaré être impliqués dans l'exploitation minière et le petit commerce, tandis que les filles ont déclaré être impliquées dans la collecte de bois de chauffage pour la vente. Les cas de grossesse chez les adolescentes ont plus que doublé pour atteindre 14 000 cas. La peur des agressions sexuelles est fréquente et les enfants racontent des histoires de filles attaquées et violées, même dans les foyers mis en quarantaine à Ebola.

​ Syrian refugee children studying at home in Jordan. © UNICEF/UNI304422/Matas
Enfants réfugiés syriens à la maison en Jordanie. © UNICEF/UNI304422/Matas

Des mesures et des financements supplémentaires devraient être mis en place pour aider les enfants et les jeunes les plus marginalisés à accéder à des formes alternatives d'éducation. Cela pourrait inclure des transferts d'argent, la fourniture de nourriture supplémentaire, l'accès à des soins de santé gratuits.

L'écart entre le nombre de filles et de garçons non scolarisés risque de s'accroître en raison de COVID-19, car les filles ont moins de chances de retourner à l'école après une fermeture prolongée des écoles. Tous les acteurs impliqués dans la prestation de l'enseignement à distance, y compris les enseignants et les parents, doivent veiller à ce que les programmes tiennent compte de la dimension de genre, atténuent les risques de violence sexiste et préviennent l'exploitation sexuelle.

Lors de l'épidémie d'Ebola, Save the Children a fourni un soutien psychosocial essentiel aux enfants pour les aider à se remettre de leurs expériences, en les orientant vers une aide supplémentaire si nécessaire, et a fourni une protection et un soutien aux enfants qui ont perdu leurs éducateurs. Nous fournissons actuellement un soutien similaire, mais il est urgent de l'étendre à l'ensemble des intervenants.

Les bailleurs doivent de toute urgence augmenter leur financement pour l'éducation dans le cadre de l’intervention COVID-19

Il est essentiel que les gouvernements maintiennent et augmentent les dépenses nationales en matière d'éducation. Les gouvernements donateurs doivent continuer à allouer des financements flexibles à l'éducation par le biais de l'aide bilatérale et multilatérale, en reconnaissant que cette crise sera imprévisible.

Le programme Education sans délais (Education Cannot Wait-ECW) a pris des mesures rapides, allouant 23 millions de dollars pour les 3 prochains mois dans 27 pays où l'ECW travaille déjà. Les donateurs doivent de toute urgence répondre à la demande de financement initiale de l'ECW, soit 50 millions de dollars, afin d'assurer la continuité de l'apprentissage, de sensibiliser davantage aux risques associés à COVID-19, de fournir des services WASH et de donner la priorité aux efforts de SMSPS et de protection. 

Une nouvelle note inter-agences présente des recommandations d'action

Save the Children, a élaboré cette note inter-agences avec ses partenaires - L'apprentissage doit continuer : Recommandations pour assurer la sécurité et l'apprentissage des enfants, pendant et après la crise COVID-19 - pour mettre en évidence les impacts des fermetures d'écoles sur les enfants et fournit des recommandations aux gouvernements et aux bailleurs, ainsi qu'aux partenaires, pour assurer qu'un apprentissage sûr, de qualité et inclusif atteigne tous les enfants et que les systèmes éducatifs soient renforcés et prêts pour le retour à l'école.

Nos recommandations clés sont:

  • Continuer les apprentissages : Même avec les écoles fermées, les apprentissages doivent continuer. 
  • Protéger le bien-être : La santé mentale et le soutien psychosocial doivent être pleinement intégrés dans les réponses éducatives. 
  • Répondre aux besoins des enfants et des jeunes marginalisés : Les fermetures d'écoles ne doivent pas aggraver les inégalités éducatives fondées sur le sexe, la pauvreté, le handicap, l'origine ethnique, la religion, la situation géographique, etc.
  • Soutenir les besoins spécifiques des enfants et des jeunes touchés par les conflits, les crises humanitaires et les déplacements forcés : Une éducation de qualité peut jouer un rôle essentiel pour atténuer les effets néfastes des conflits sur le bien-être des enfants et favoriser leur rétablissement.
  • Soutenir les enseignants et les parents : La réponse doit tenir compte de l'importance de protéger le bien-être et la sécurité économique des enseignants et des parents.
  • Renforcer les systèmes éducatifs en vue de la réouverture des écoles : Les autorités sanitaires gouvernementales devraient décider du moment de la réouverture des écoles et toutes les autorités éducatives devraient adhérer au Guide pour la prévention et le contrôle COVID-19 dans les écoles. 
  • Maintenir et augmenter le financement : Un financement accru sera essentiel pour soutenir la poursuite de l'apprentissage pour tous les enfants, y compris les groupes marginalisés.

Téléchargez et lisez la note de plaidoyer pour plus de détails.

 

Les points de vue exprimés dans ce blog sont ceux des auteur-e-s.