Comment accompagner les apprenants dans cette nouvelle vie Covid-19

Publié by
Réseau Inter-agence pour l'éducation en situations d'urgences (INEE)
Written by
Emeline MARCHOIS
Publié
Topic(s)
Coronavirus (COVID-19)
Soutien psycho-social

Facilitatrice de la communauté de langue française de l'INEE, parent d'élève, enseignante et consciente des difficultés auxquelles vous faites face au quotidien, j'ai voulu vous apporter quelques stratégies, bonnes pratiques pour prendre soin de vous, de vos élèves et de la communauté éducative, car s'il on parle beaucoup de la recrudescence des problèmes de santé mentale, il n'est pas facile de savoir comment réagir et accompagner les autres. 

La communauté éducative s'adapte du mieux qu'elle le peut aux aléas de Covid-19. A l'heure de la rentrée scolaire dans certaines régions du monde touchées par Covid-19, certaines écoles rouvrent, d'autres restent fermées et nombreuses sont celles qui ont pu réouvrir mais ont du fermer de nouveau de manière temporaire. Dans cette période pleine d'incertitudes, nous constatons et nous nous inquiétons pour la santé de toutes et tous, et la santé mentale des élèves, du personnel enseignants, des équipes éducatives est souvent préoccupante mais peu de mesures sont réellement mises en place pour préserver "l'humain" au centre de cette pandémie. Ce billet de blog a été rédigé en toute humilité et est basé sur des documents et ressources accessibles à vous toutes et tous à partir du site de l'INEE. C'est avec des mots simples, car je ne suis pas spécialiste en soutien psycho-social, mais maman, collègue, enseignante que j'ai voulu rassembler quelques stratégies et idées pour travailler cet aspect clé pour le bien-être de nos communautés (de parents, éducative...).

Les voici:

  • Quelques idées pour préparer les enfants au retour à l’école et favoriser leur adaptation au protocole sanitaire et la nouvelle situation
  • Accueillir les enfants et leurs émotions, comment les accompagner et les orienter sur le plan psychologique (adaptable aux adultes)

A partir du carnet de bord Explorer à la maison  de Exploradores de la Ciudad

-Pages 11-12 Vous pouvez ajouter les questions suivantes :

Ce que tu as ressenti quand tu as su que tu pouvais retourner à l’école ?

Ce que tu as ressenti quand tu as su que tu pouvais continuer à apprendre à la maison ?

Ce que tu as ressenti quand tu as entendu parler du dé-confinement /de la ré-ouverture de l'école?

Ce que tu as ressenti quand tu as entendu parler des changements à l’école ?

-Pages 19-20

Imaginer la ville pendant le confinement et après, vous pouvez ajouter, imaginer l’école d’avant et après le confinement.

Quels sont les changements ?

Que vois-tu ? Y-a-t-il de nouvelles couleurs, odeurs ? Qui vois-tu ?

Faire un parallèle avec un arbre/un papillon/ les plantes/la météo/leurs cheveux/leurs dents/leur taille avant le confinement et maintenant, puis en septembre.

La période du printemps ou changement de saison est propice aux changements agréables.

On peut les faire dessiner, ou les faire écrire, selon l’âge, pour les faire prendre conscience que les changements même s’ils peuvent perturber et faire passer par des phases d’inconfort ou moins jolies, apporteront du positif. Vous pouvez leur présenter des images des changements de saison, observers des plantes qui poussent et se transforment...

Parler des changements qu’ils observent, faites le lien avec les nouvelles règles, la nouveaux gestes à adopter. Recueillez les impressions et commentaires des enfants, soulignez ce qui est encore possible de faire, mettez en valeur le positif.

A partir du cahier des émotions d'Isabelle Filiozat

Pour travailler les émotions, sur l’intégralité ou sur des morceaux choisis. Il est adaptable à tous les âges.

Avec les pages 4 puis 10 et 11 :

-Création de puzzle en imprimant et augmentant la taille de certains dessins, puis en les découpant, ils recomposent l’image, la colorie. Vous pouvez dessiner les illustrations vous-mêmes si vous ne pouvez pas imprimer. 

-Tableau des émotions, en organisant les émotions en catégories dans un tableau (ou plusieurs tableaux), par exemple les émotions ressenties avant le confinement/pendant/maintenant. Les émotions négatives/positives, les émotions qui me font me sentir bien/ Emotions que je veux éviter.

 

Comment répondre à leurs commentaires, questions, observations ?

L'important est de les écouter en renvoyant le sentiment de présence. Vous pouvez répéter ce qu’ils disent et les remercier, tout simplement.

Rassurez-les avec vos propres mots et si vous ne savez pas comment les rassurer, dites simplement « je ne sais pas, mais je comprends que… » et reprendre le sentiment ou l’émotion exprimée par l’enfant.

Vous pouvez développer leurs idées vers une solution d’adaptation, un élément positif, encourageant.

 

Comment les soutenir et les accompagner? 

Anticiper le soutien psycho-social

-Liaison avec les familles- dans les normes minimales de l'INEE, la participation communautaire est la première des normes fondamentales et est un point clé dans le soutien que nous pouvons apporter aux autres en ce moment.

Les parents d'élèves et/ou les enseignants peuvent établir une chaine de communication entre les familles, des points relais pour avoir accès aux cours, aux informations, mettre en place un groupe d'échanges via une plateforme commune ou par téléphone par exemple. 

L'école peut adapter son tableau ou espace d'affichage et y ajouter une section "école et covid-19" pour partager les informations clés, les numéros d'aide et d'écoute psychologique. 

Dans l'espace dédié aux enseignants, un fléchage des étapes et points de références pour le soutien psychosocial au sein de l’équipe et en dehors de l'école qui permet d'identifier en toute discrétion comment prendre en compte un cas de détresse ou de mal-être psychologique.

Les informations qui vont suivre sont inspirées de deux ressources:

Premiers soins psychologiques, de l'OMS et la Note d’orientation de l’INEE sur le soutien psychosocial

Ces ressources nous apprennent comment adopter la bonne attitude et comment réagir lorsque l'on est en contact avec un apprenant en détresse, mais avant tout, comment allez-vous ?

-Etes-vous prêts ? Quelles sont vos limites personnelles ? Si vous n'avez pas les compétences pour accompagner un apprenant ou un collègue à ce niveau là, n'hésitez pas à les orienter vers une autre personne ou un professionnel de la santé mentale.

Partagez avec vos collègues, prenez soin de vous.

-Que faire en cas de détresse? Etre présent, écouter, identifier, orienter, ancrer dans le présent.

-Identifier les symptômes du stress

Types de symptômes du stress[1]

Les symptômes physiques se réfèrent aux réactions du corps.  (exemple : maux de tête)

Les symptômes émotionnels se réfèrent aux émotions et à l'état d'esprit. (exemple : se sentir dépassé)

Les symptômes cognitifs se réfèrent à la capacité de penser et de traiter l'information. (exemple : difficulté à se concentrer)

Les symptômes comportementaux se réfèrent aux actions. (exemple : se ronger les ongles)

-Comment gérer un comportement inhabituel ?

Demandez comment ça va sans demander pourquoi.

Proposez une activité qui débloquera la parole (marcher un peu, faire un jeu...)

Bougez, le fait de bouger un minimum défocalisera les pensées (taper des pieds, sauter, taper des mains, marcher…)

Retour au calme (respirer, au moins 3 grandes respirations)

Lui demander comment ça va, s’il y a quelque chose à rajouter, comment éviter de revivre ceci ?

-Comment accompagner vers le bien-être psychosocial?

Les éléments de l'équilibre psychosocial sont les suivants:

  • Sentiment d'appartenance
  • Stimulation intellectuelle
  • Stimulation physique
  • Attachements personnels
  • Se sentir valorisé
  • Relations avec les pairs

Tout cela est possible à l’école ! Grâce au fait d'appartenir à la communauté scolaire, d'être dans son école, ou de participer à distance à des activités liées à l'école. La stimulation intellectuelle s'effectue par le biais des supports pédagogiques, des activités et des devoirs en présentiel ou à distance, ainsi que la stimulation physique, ceci peut être fait en classe par de rapides moments ou lors de récréation. Il est plus difficile de s'assurer que l'apprenant soit stimuler depuis la maison. Les attachements personnels sont renforcés ou entretenus par les liens que l'apprenant peut avoir avec ses enseignants, ses pairs, sa famille, ses encadrants et il faut espérer que lors de la retroaction, l'apprenant se sente encouragé et ait une image positive de lui même. 

- En pratique, que pouvons-nous faire?

Voici des activités d’ancrage dans le présent, cela signifie que vous engagez les 2 hémisphères de votre cerveau simultanément et cela vous aide à ne pas aller vers le passé ni le futur, mais de vivre l'instant présent. Pour cela vous pouvez écrire, dessiner, bouger en utilisant les mains et les pieds par exemple! Ou encore effectuer les activités ci-dessous qui renforcerons les éléments énoncés auparavant (sentiments d'appartenance, stimulations intellectuelle et physique, attachements, valorisation, relations).

 

  • Les horloges déréglées

Les enfants forment des paires à distance

A tourne 3 fois dans un sens

A décrit ce qu’il voit le plus vite possible mais le plus en détails possible

B tourne 3 fois dans un sens

B décrit à son tour ce qu’il voit le plus vite possible et le plus en détails possible

Les enfants peuvent faire ce jeu plusieurs fois, ils peuvent rajouter ou enlever des objets du pupitre (si possible)

Une personne désignée ou l’enseignant peut chronométrer lors d’une partie finale, le gagnant est celui qui va le plus vite.

  • Orchestre géométrique

Donner le code des figures géométriques, vous pouvez les dessiner et donner leur signification (selon le groupe et leur âge, vous pouvez donner plus de figures). Vous pouvez dessiner l'enchainement comme des notes de musique sur une partition.

Désigner un chef d’orchestre, changer de suite de figures etc

Par exemple, un triangle signifie qu'il faut cliquer des doigts des deux mains, un rectangle qu'il faut  sauter sur place et taper dans les mains...

  • Mon pot d’étoiles

Peut servir d’objet de transition

Matériel : une boite ou un pot, du papier, un stylo

  1. Découper des bandes de papier
  2. Ecrire/dessiner ce qui te rend heureux
  3. Plier ou chiffonner le papier
  4. Mettre le papier dans le mot
  5. Quand tu es triste, tu peux ouvrir le pot et relire/revoir ce qui te rend heureux.
  6. Que peux-tu faire pour retrouver ce sentiment ?

Petit plus : l’enfant peut personnaliser le pot ou la boite.

L’idéal serait que le pot soit en accès libre en classe.

 

  • Activités de dialogue

-Cercle de gratitude : dire merci à un camarade, exemple : « je remercie A pour toujours me dire bonjour le matin »

-Parler de leur routine, de leurs animaux ou peluches, des personnes importantes pour eux…

 

  • Rituels de classe/routine

-Toute nouvelle routine ou ancienne routine de classe

 

  • Histoires sur la transition et le changement peuvent être positifs

-Exemple du printemps, les papillons…

 

  • Respiration profonde, sophrologie…

-Toujours un minimum de 3 fois, inspirer par le nez, expirer par la bouche, yeux ouverts ou fermés

-Prendre l’idée du ballon que l’on gonfle et que l’on dégonfle

-Prononcer des mots qui font expirer en exagérant l’expiration

-Imaginer un train qui va démarre lentement, qui accélère etc en soufflant

-Imaginer que l’on est un arbre, on part des racines/les pieds à la cîme/la tête, en passant par le tronc, les branches etc

-Pour les tout-petits, la maison des peluches et Mix youtube des éditions des arènes

-De façon plus active : Imaginer que l’on est un félin/un éléphant, mouvements des bras et jambes, ouvrir la bouche, rugir/barrir etc, cela fait respirer aussi !

Ces idées, ces bonnes pratiques, ces stratégies, je les utilise et je sais que si parfois elles sont difficiles à mettre en place avec certains enfants, elles fonctionnent, il est bien possible que la nouveauté de l'activité déroute les apprenants dans un premier temps ou les amuse tellement qu'il sera un peu chaotique qu'elle s'effectue dans le calme, mais les bénéfices se feront sentir rapidement. Vous avez quelques clés en mains, je sais que l'on ne s'improvise pas professionnel de la santé mentale et cela n'est pas attendu de vous. J'espère que cela pourra vous aider et si vous avez des questions ou besoin d'autres ressources, n'hésitez pas à me contacter. De la même manière que si vous avez des bonnes pratiques à partager vous pouvez me les envoyer à emeline.marchois@inee.org

Continuez du mieux que vous pouvez, la situation n'est pas simple, vous n'êtes pas seul.e!

[1] PPT formation de l’INEE sur SPS-SEL