Le rôle de la société civile dans l’éducation en situation de déplacements : favoriser un débat mondial

Publisher:
Éducation à Voix Haute
Publié
Topic(s)
Populations déplacées internes
Droit à l'éducation
Français

En 2020, le nombre de personnes déplacées dans le monde a atteint de nouveaux records, soulignant la nécessité d’une action immédiate pour assurer l’éducation des personnes déplacées. La société civile joue un rôle essentiel dans la gestion des effets dévastateurs des déplacements sur l’apprentissage continu des enfants.

Le plan stratégique du Partenariat Mondial pour l’Education pour 2021-2025 donne spécifiquement la priorité au travail pour l’éducation en situations de déplacements afin de faire face à la forte augmentation du nombre d’enfants non scolarisés en raison des déplacements.

Pour la neuvième année consécutive, le nombre de personnes déplacées de force a atteint de nouveaux records. En fait, 1 personne sur 95 dans le monde est maintenant déplacée de force en raison de conflits, de violences et de persécutions, et un nombre croissant de personnes subissent des déplacements en raison du changement climatique.

Les enfants des familles déplacées sont confrontées à de sérieux obstacles dans leur éducation, tels que la perte d’apprentissage, la discrimination à l’école, les barrières linguistiques et la pauvreté. Les enfants réfugiés et déplacés sont parmi les plus susceptibles d’abandonner l’école.

“Les conséquences du déplacement sur l’éducation des enfants sont vastes et énormes. Alors que les conflits et les impacts négatifs du changement climatique augmentent, travailler pour assurer l’éducation dans les zones vulnérables touchées par les déplacements est une préoccupation majeure pour Education à voix Haute et pour beaucoup de nos partenaires”, a déclaré Lars Udsholt, responsable du programme mondial Education à Voix Haute.

En fait, 41 % des nombreuses organisations nationales soutenues par Education à Voix Haute travaillent avec des organisations membres représentant les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays ainsi que des réfugiés.

En outre, l’intersection entre le déplacement et d’autres formes de vulnérabilité et de marginalisation est une question essentielle pour deux des alliances transnationales de la société civile soutenues par Education à Voix Haute.

Les effets multidimensionnels des déplacements

Au Burkina Faso et au Niger, les conflits qui sévissent dans la région du Sahel et les catastrophes occasionnées par le changement climatique se sont multipliés.

Girls Not Brides, est l’une des alliances de la société civile qui s’attaque aux risques et aux vulnérabilités auxquels sont confrontées les femmes et les enfants déplacés. Dans leur projet subventionné par l’Education à Voix Haute, ils travaillent sur l’intersection entre l’éducation et le mariage des enfants dans les pays d’Afrique de l’Ouest francophone. En fait, un nombre croissant de recherches montre que les adolescentes sont particulièrement vulnérables face au mariage des enfants dans les crises humanitaires, ce qui met souvent un terme brutal à leur éducation.

Comme les déplacements ont tendance à precipiter la pauvreté et à créer une insécurité extrême, le mariage des enfants peut être considéré comme un moyen de sortir de la pauvreté ou de protéger les filles de la violence pour de nombreuses familles.

"Les crises exacerbent les facteurs qui stimulent le mariage des enfants, notamment l’insécurité et le manque d’accès à des services tels que l’éducation. Comme l’éducation peut aider à prévenir les conflits, sa perturbation peut avoir des impacts à long terme sur les communautés ; cela peut conduire à une augmentation de la violence dirigée contre les enfants et à la peur d’accéder aux services éducatifs existants” explique Girls Not Brides dans son mémoire sur le mariage des enfants dans des contextes humanitaires.

L’impact des déplacements sur l’éducation et la vie des enfants n’est cependant pas seulement au niveau des genres, mais aussi très multidimensionnel et souvent intergénérationnel. La société civile joue un rôle essentiel dans la compréhension des effets multidimensionnels du déplacement sur les enfants et leur apprentissage. En fait, la recherche montre que la société civile, comble généralement d’importantes lacunes de mise en œuvre, en sensibilisant et en poussant les décideurs à modifier les politiques et à prendre des mesures qui s’imposent.

La société civile peut fournir des perspectives essentielles sur la façon dont le déplacement et la perte d’apprentissage affectent différemment des groupes variés, en fonction du genre ou de l’identité ethnique.

Il est essentiel de permettre aux organisations de la société civile d’utiliser cette expertise et ces connaissances uniques locales pour pousser les décideurs politiques à prendre des engagements et à prendre des mesures immédiates en faveur de l’éducation de tous les enfants, en particulier face à la crise.

Utilisation de l’évaluation pour faire face au déplacement

En Asie du Sud, l’Alliance sud-asiatique pour l’évaluation, financée par Education à Voix Haute, œuvre en faveur de l’éducation en situations d’urgence – en particulier en Afghanistan et au Myanmar, deux des pays les plus touchés des déplacements dans le monde.

Dans cette région, l’impact des conflits et des crises provoquées par le changement climatique est dévastateur, et les outils permettant d’évaluer les pertes en apprentissage ainsi que le niveau d’éducation des enfants déplacés font souvent défaut. L’Alliance sud-asiatique pour l’évaluation s’efforce de combler cette lacune en plaidant pour des évaluations communes dans toute la région.

L’évaluation de l’enseignement joue un rôle particulièrement important dans la compréhension du degré de perte d’apprentissage des enfants, et elles fournie des preuves permettant de susciter la responsabilisation.

La création d’outils d’évaluation communs sur la situation de l’éducation en situation de déplacement nous offre une opportunité. Nous pouvons utiliser l’évaluation et les données sur les niveaux d’apprentissage pour nous adresser aux décideurs politiques et les pousser à agir” explique Ramya Madhavan, responsable mondiale de l’éducation à Street Child.

Cependant, l’évaluation de l’enseignement n’est pas un exercice sans objectif. La façon dont les évaluations sont interprétées a un impact énorme sur les acteurs étatiques et non étatiques pouvant être tenus responsables et dans quelle mesure. Il est d’une importance cruciale d’assurer cette responsabilisation et de plaider d’une même voix et d’un plaidoyer commun au-delà des frontières nationales.

La crise de notre époque : le changement climatique

Les déplacements occasionnés par le changement climatique est en voie de devenir la crise déterminante de notre époque. Actuellement, plus de 20 millions de personnes sont déplacées chaque année à la suite d’événements météorologiques extrêmes – et avec l’évolution actuelle, ce nombre augmentera rapidement chaque année. Les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées au monde sont les premières à être contraintes au déplacement en raison du changement climatique malgré les émissions de gaz à effet de serre les plus élevées du Nord. Les crises ont tendance à mettre un coup de projecteur désagréable sur les inégalités.

“Les mécanismes à l’origine des déplacements se trouvent souvent dans notre propre camp. Nous devons tous reconnaître notre rôle et notre responsabilité. Le transnationalisme est essentiel en ce moment, car le changement nécessaire s’étend au-delà des pays dans lesquels nous travaillons” déclare Ramya Madhavan.

En autonomisant et en soutenant la société civile, nous pouvons construire un raisonnement transnational et commencer à comprendre les causes complexes des déplacements. La société civile joue un rôle capital dans la création d’un dialogue mondiale sur la manière de créer un changement à grande échelle.

C’est exactement ce dialogue mondial que Girls Not Brides et la South Asian Assessment Alliance s’efforcent de créer, en encourageant le débat politique transnational et en promouvant des conditions plus réactives et socialement responsables pour l’éducation en situations de déplacements – à l’échelle nationale, régionale et transnationale.

Travailler au niveau transnational et joindre nos voix nous permet de faire pression pour un monde plus juste où aucun enfant n’est déplacé à cause des conflits, du changement climatique ou de la guerre – et où le droit des enfants à l’éducation, à la sécurité et à un avenir est protégé.

Le plaidoyer transnational et L’Education à Voix Haute

Education à Voix Haute pourvoit un soutien aux alliances des organisations de la société civile travaillant au niveau transnational afin de promouvoir la coopération et le changement au-delà des frontières nationales et régionales.

En construisant un mouvement transnational, nous pouvons nous attaquer aux causes multidimensionnelles des déplacements et créer une voix commune pour provoquer un changement à grande échelle.