Journée mondiale des enseignants : l'UNESCO et ses partenaires appellent les gouvernements à prioriser les enseignants dans la relance de l'éducation

Publisher:
UNESCO
Publié
Topic(s)
Enseignants
Bien-être des enseignants
Coronavirus (COVID-19)

La réussite de la relance de l'éducation nécessite des investissements accrus dans le bien-être, la formation, le développement professionnel et les conditions de travail des 71 millions d'enseignants à travers le monde, pour remédier aux pertes d'apprentissage et gérer les transformations imposées dans l’enseignement et l'apprentissage par la pandémie de COVID-19.

Tel est le message clé de la Journée mondiale des enseignants, célébrée le 5 octobre sous le thème « Les enseignants au cœur de la relance de l'éducation ». Cette journée mondiale de mobilisation appelle les gouvernements et la communauté internationale à se focaliser sur les enseignants et les défis auxquels leur profession fait face, ainsi qu'à partager des politiques efficaces et prometteuses.

« Nous rendons aujourd’hui hommage au dévouement et au courage exceptionnels des enseignants, ainsi qu’à leur capacité d’adaptation et d’innovation dans des conditions très difficiles et très incertaines. Ils sont au cœur des efforts menés à l’échelle mondiale pour la reprise de l’éducation et sont indispensables à l’accélération des progrès visant à faire bénéficier chaque apprenant d’une éducation inclusive, équitable et de qualité, quelles que soient les circonstances », soulignent dans une déclaration conjointe les organisateurs de la Journée mondiale des enseignants, la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, la Directrice générale de l'UNICEF, Henrietta Fore, le Directeur général de l'Organisation internationale du travail, Guy Ryder, et le Secrétaire général de l'Internationale de l'Éducation, David Edwards.

« Il est temps désormais de reconnaître le rôle exceptionnel que jouent les enseignants et de leur accorder la formation, le perfectionnement professionnel, le soutien et les conditions de travail dont ils ont besoin pour déployer leur talent. La reprise de l’éducation ne pourra aboutir que si elle est conduite main dans la main avec les enseignants, c’est-à-dire en leur donnant la parole et la possibilité de participer à la prise de décisions ».

Alors qu'au 30 septembre les écoles ont totalement rouvert dans 124 pays, elles n’ont que partiellement rouvert dans 44 pays et restent complètement fermées dans 16 autres. Ces chiffres montrent à la fois la nécessité de prendre en compte la santé et le bien-être des enseignants à mesure que les écoles réouvrent, mais aussi de permettre une formation professionnelle continue pour intégrer et utiliser les technologies éducatives.

Selon les études de l'UNESCO, 71 % des pays ont donné la priorité aux enseignants dans leurs campagnes de vaccination, mais seulement 19 pays les ont inclus dans la première phase de ces campagnes, tandis que 59 ne leur ont pas donné la priorité dans leur stratégie de vaccination.

Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour soutenir les enseignants dans la transition vers l'enseignement hybride et à distance. Selon le sondage mondial réalisé en 2021 par l'UNESCO, l'UNICEF, la Banque mondiale et l'OCDE publié en juillet dernier : 

  • En 2020, 40 % des pays ont formé les trois quarts de leurs enseignants, ou davantage, aux méthodes d'enseignement à distance et à l'usage efficace des nouvelles technologies.
  • Seulement six pays sur dix ont fourni aux enseignants un perfectionnement professionnel pour qu’ils puissent apporter un soutien psychologique et émotionnel.
  • À peine plus de la moitié des pays (58 %) ont fourni aux enseignants des programmes prévus pour l'apprentissage à distance, tandis que 42 % d’entre eux leur ont fourni des outils informatiques et une connexion internet

Les perturbations de l'éducation causées par la crise de la COVID-19 ont révélé le rôle crucial des enseignants dans la continuité pédagogique. Ils ont été au cœur de la réponse éducative : qu’il s’agisse de tirer parti des nouvelles technologies de façon créative, d’apporter un soutien socioémotionnel à leurs élèves ou de fournir à ceux qui étaient en difficulté des kits de matériel pédagogique à emmener chez eux.

Mais cette crise a également mis en lumière les défis majeurs auxquels la profession enseignante est confrontée, notamment le manque de formation pour l’enseignement en ligne et l'apprentissage à distance, une charge de travail accrue en raison des cours donnés en demi-groupes, de l'enseignement hybride ainsi que les questions de santé et de sécurité au travail.

Placer les enseignants au cœur de la relance de l'éducation nécessitera de renforcer leurs effectifs dans certains pays. Selon le sondage ci-dessus, 31 % des 103 pays ont recruté des enseignants supplémentaires en prévision de la réouverture des écoles, cependant, les écarts mondiaux restent considérables. Au total, il faudrait 69 millions d'enseignants en plus à travers le monde pour assurer l'enseignement primaire et secondaire d'ici à 2030 (ODD 4.1). Selon les prévisions, l’Afrique subsaharienne devra recruter 15 millions d'enseignants du primaire et du secondaire d'ici 2030.

Pour célébrer la Journée mondiale des enseignants 2021, les organisateurs et partenaires, dont la Banque mondiale, la Fondation Hamdan, l'Équipe spéciale internationale sur les Enseignants pour Éducation 2030 (TTF), des organisations de la société civile et des membres de la Coalition mondiale pour l'éducation, organiseront des événements mondiaux et régionaux ainsi qu'une campagne de mobilisation à laquelle le Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes participera. Cette série d'événements, qui s'étendra sur cinq jours, comprendra des tables rondes, des webinaires et des sessions de formation en ligne pour évaluer les mesures politiques, les faits et les pratiques innovantes pour fournir aux enseignants le soutien dont ils ont besoin pour une relance réussie, une éducation résiliente et réinventée dans un monde postpandémique et pour avancer dans l'accomplissement de l'ODD 4.