Teacher Stories: Ouaba - Goudebou Refugee Camp, Burkina Faso

Published by
United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR)
Published
Topic(s)
Refugees
Teacher Professional Development
English
French

This story was collected as part of Teachers in Crisis Contexts (TiCC) Event Series to ensure that the voices and experiences of teachers working in crisis and displacement permeate all aspects of the event. For more stories, click here.


We, Educators, Need Solid Foundation of Training

Name: Ouaba Leopold

Role: Teacher

Location: Goudebou Refugee Camp, North Burkina Faso

Context: Goudebou refugee camp is located in the North of Burkina Faso (Sahel Region, Seno Province), approx. 20 km from Dori. The camp, which has been set up in 2012 to host Malian refugees, is home to approximately 2.000 children of primary age and 1.000 children of secondary age. The camp has only 1 primary school, which hosts about 1,200 refugee children and a few host community children living around the camp. This is a short interview with a refugee teacher named  Ouoba Leopold, a host community teacher who works at the school of Goudebou in North Burkina Faso.

English Transcript

Interviewer: Hello. As I explained earlier, we are here today to create a profile of you for TiCC, the conference that will be taking place in Lebanon where we will present this profile as a case study. Would you like to introduce yourself first, before we get into specific questions we’d like to ask, though we are looking forward to hearing your insightful answers.

Leopold: My name is Ouoba Leopold, and I am a national Burkinabe teacher, I have 17 years of experience. At the moment I serve at the primary public school of Goudebou.

Interviewer: Thank you, I’ll move without further delay to my first question which is what do you like most about your work as a teacher?

Leopold: The thing that I enjoy the most as a teacher is being in contact with the very young, to teach these children to read and write when they had never previously had this opportunity, and to always be in contact with the students’ parents to educate them on the benefits of education and to encourage them to always send their children to school, especially girls.

Interviewer: Thank you, the second question is to ask what are the biggest challenges that you face as a teacher and that can make it hard to do your job?

Leopold: The largest challenge that I face as a teacher, is first the misunderstanding of the basic utility of teaching from parents, effectively ignorance. Many parents hesitate to bring their children to school. Further, often in certain areas there are not… the schools are not well constructed and there is often a lack of teaching material. A lack of electricity, of potable water for the teachers and for the students.

Interviewer: Well put, Mr Leopold, but from a more specific point of view, as we are presently in a refugee camp, and you are a teacher in this refugee camp, and the school is a public one that seeks to integrate Burkinabe children as well as refugee children, what are the challenges that you face in this particular current crisis?

Leopold: In this crisis context, the first challenge is first the language, as these students who are predominantly refugees from Mali speak Tamasheq and this means that when they arrive for the first time to the school, there is first a language problem getting them to the level of the school. Moreover, the parents of these students are for the most part people that did not go to school. So we first have to educate them about the importance of school before they will accept to bring their children to school. And the major challenge as well is also the supplies. It’s quite true that there is help from many partners but it’s still insufficient, and we always have a pressing need for supplies because the children are very vulnerable and lack supplies on a daily basis.

Interviewer: Thank you, my third question is to ask what kind of support or kinds of support do you need as a teacher in order to better do your job each day?

Leopold: As a teacher, what we need to better do our job is first continuing education, because to provide quality education we ourselves need a solid foundation of training, making the utility of continued education clear. We also need documentation, libraries (documentation de bibliothèque). We also need to be in step with modern technologies: using a computer, and electricity, to work and if possible to have a computer lab even, to introduce these students to information technology.

Interviewer: Thank you very much. Another question is to ask what would you want the rest of the world to know today about your life and your profession as a teacher?

Leopold: What I would like the rest of the world to know is that we teachers work in conditions that are often difficult, given the new context of the Sahel region which is terrorism, it’s to first know that the teachers are often working in a security context that is not at all favorable, but also at the same time to know that they are making commendable efforts to transmit knowledge to the students that have been put in their charge.

Interviewer: What are the changes, Mr Leopold, that you’d like to see when it comes to education programs or politics?

Leopold: At the level of programs, what we would like to see, if we want to achieve a quality education, is a revision of teacher programs to adapt them to socio-political realities of communities. The school has to be in step with the aspirations of the population. Put clearly, the teaching we provide needs to be more practical and useful for the students.

Interviewer: And now, what are the themes or skills you’d like to be trained in to assure your professional development?

Leopold: In terms of training themes, it’s to see emerging themes, we should be trained on citizenship, in order to be capable of training students who will participate civically. Further, we need to have a more professional training, because our education is very theoretical. In the schools we need training that is much more professional.

Interviewer: Thank you, sir, we thank you enormously for your time, for having taken the time to respond to our questions.

Leopold: Thank you very much.

French Transcript

Interviewer: Comme je vous ai expliqué, nous sommes la aujourd'hui pour faire votre portrait pour le TiCC, c'est-à-dire la conférence qui aura lieu au Liban et à laquelle on présentera votre portrait comme un cas d’étude. Voudriez-vous vous présenter d'abord avant qu''on aille sur les questions que nous voudrions vous poser et sur lesquelles nous voudrions avoir vos réponses authentiques

Leopold: Je me nomme Ouoba Leopold, je suis enseignant national Burkinabè, j'ai une expérience professionnelles de 17 ans de service. Présentement je sers à l'école primaire publique de Goudebou.

Interviewer: Merci bien Monsieur, je m'en vais donc sans plus tarder vous poser la première question qui est de savoir qu'est-ce que vous aimez le plus en tant qu'enseignant ?

Leopold: Ce que j'aime le plus en tant qu'enseignant c'est être en contact avec les tout petits, c'est apprendre à lire et à écrire à ces enfants qui n'ont jamais eu cette chance, c'est d’être toujours en contact avec les parents d’élèves pour les sensibiliser sur le bien-être de l’éducation et les inviter a toujours envoyer leurs enfants à l'école, surtout les filles.

Interviewer: Merci, la 2e question est de savoir quels sont les plus grands défis que vous rencontrez en tant qu'enseignant et qui peuvent vous empêcher de faire votre travail?

Leopold: les plus grand défis que je rencontre en tant qu'enseignant c'est d'abord la méconnaissance même de l'utilité de l'enseignant par certains parents, à savoir l'ignorance. Bon nombre de parents hésitent toujours à amener leurs enfants à l'école. En plus souvent dans certaines localités il n'y a pas... les écoles ne sont pas très bien construites et il y a souvent un manque de matériel didactique. Manque d'électricité, manque d'eau potable pour les enseignants et pour les élèves.

Interviewer: C'est très bien Monsieur mais d'un point de vue beaucoup plus spécifique, comme nous sommes actuellement dans un camp de réfugiés, et vous êtes enseignant dans ce camp de réfugiés la, dont l'école est une école publique qui intègre des enfants Burkinabè aussi bien que des enfants réfugiés, quels sont les défis que vous rencontrez dans ce contexte de crise ici actuellement ?

Leopold: Dans ce contexte de crise, le premier défi c'est d'abord la langue parce que ces élèves qui sont pour la plupart des réfugiés maliens parlent Tamasheq et ça veut dire que quand ils arrivent pour la première fois au niveau de l'école, il y a d'abord un problème de langue au niveau de l'école. En plus, les parents de ces élèves sont pour la plupart des gens qui n'ont pas été à l'école. Donc il faut d'abord les sensibiliser sur l'importance de l'école avant qu'ils n'acceptent d'amener leurs enfants à l'école. Et le défi majeur aussi c'est les fournitures. C'est bien vrai qu'il y a l'aide de beaucoup de partenaires mais c'est toujours insuffisant et nous avons toujours un besoin pressant en fournitures car les enfants sont vraiment vulnérables et sont quotidiennement en manque de fourniture.

Interviewer: Merci bien, donc ma troisième question est de savoir quel est l'appui ou quels sont les appuis dont vous auriez besoin en tant qu'enseignant pour mieux faire votre travail chaque jour?

Leopold: En tant qu'enseignant, ce qu'il nous faut pour bien faire notre travail c'est d'abord la formation continue parce que pour dispenser un enseignement de qualité il faut une formation de base qui est assez solide d'où l'utilité de la formation continue. Il faut une documentation de bibliothèque. Il faut également être en phase avec les technologies modernes : disposer d'un ordinateur et de l'électricité pour pouvoir travailler et si possible avoir même une salle informatique pour pouvoir initier ces élèves a l'outil informatique.

Interviewer: Merci bien. Une autre question est de savoir ce que vous voudriez aujourd'hui que le reste du monde connaisse de vous par rapport à votre vie et par rapport à votre profession en tant qu'enseignant ?

Leopold: Ce que j'aimerais que le reste du monde sache c'est que les enseignants que nous sommes travaillons dans des conditions souvent difficiles au regard du nouveau contexte dans la zone Sahélienne qui est le terrorisme, c'est d'abord de savoir que les enseignants travaillent souvent dans un contexte sécuritaire qui n'est pas du tout favorable, c'est également aussi savoir qu'ils font des efforts louables pour pouvoir transmettre le savoir aux élèves dont ils ont la charge.

Interviewer: Quels sont les changements, Monsieur, que vous aimeriez voir quand il s'agit des programmes d'éducation ou des politiques ?

Leopold: Au niveau des programmes, ce que nous aimerions voir, en tout cas pour une éducation de qualité, c'est une révision des programmes d'enseignement pour pouvoir les adapter aux réalités socio-politiques des communautés. L'école doit être en phase avec les aspirations des populations. En clair, il faut que l'enseignement dispensé soit beaucoup plus pratique et utilitaire pour les élèves.

Interviewer: Maintenant, quels sont les thèmes ou les compétences sur lesquels vous aimeriez être formé pour mieux assurer votre développement professionnel ?

Leopold: Comme thèmes de formation, c'est de voir pour tout ce qui est thèmes émergents, nous devons être formés sur la citoyenneté, c'est-à-dire être capables de pouvoir former des élèves qui vont être civiques. En plus, il faut avoir une formation beaucoup plus professionnelle, parce que notre enseignement est beaucoup théorique. Au sein des écoles il faut avoir une formation beaucoup plus professionnalisante. 

Interviewer: Merci bien Monsieur, nous vous remercions énormément de votre temps, d'avoir pris votre temps pour répondre à nos questions.

Leopold: Merci bien.

 

The views expressed in this blog are the author's own.