Domaine
Domaine Deux : Accès et environnement d’apprentissage

Les normes de ce domaine portent sur l’accès à des possibilités d’apprentissage sûres et pertinentes. Elles mettent en avant les liens cruciaux avec d’autres secteurs tels que la santé, l’eau et l’assainissement, la nutrition et les abris qui aident à améliorer la sécurité, la sûreté et le bien-être physique, cognitif et psychologique.

Related Resources

Actions clés et orientations pour:

Toutes les personnes ont accès à des possibilités d’éducation pertinentes et de qualité

Actions clés

Aucune personne ni groupe social ne se voit refuser l’accès à l’éducation ni à des possibilités d’apprentissage pour cause de discrimination

Voir la Note d'orientation:

Les structures et les sites d’apprentissage sont accessibles à tous

Voir la Note d'orientation:

Les obstacles à la scolarisation, comme le manque de documents ou d’autres exigences sont supprimés

Voir la Note d'orientation:

Une gamme de possibilités souples d’éducation formelle et non formelle est progressivement offerte à la population affectée pour répondre à ses besoins éducatifs

Voir la Note d'orientation:

Grâce à la sensibilisation et à la formation, les communautés locales s’impliquent de plus en plus pour garantir les droits de tous, enfants, jeunes et adultes, à une éducation pertinente et de qualité

Voir la Note d'orientation:

Il y a suffisamment de ressources disponibles pour garantir la continuité, l’équité et la qualité des activités éducatives

Voir la Note d'orientation:

Les apprenants ont la possibilité d’entrer ou de rentrer dans le système formel d’éducation aussitôt que possible après la perturbation causée par la situation d’urgence

Voir la Note d'orientation:

Dans le cas de réfugiés, le programme d’éducation est reconnu par les autorités locales de l’éducation concernées et par le pays d’origine.

Les services éducatifs pour les populations affectées par la catastrophe n’ont pas d’impact négatif sur les populations hôtes.

Notes d’orientation
1
La discrimination

La discrimination comprend les obstacles imposés à cause de l’âge, du sexe, du handicap, du statut VIH, de la nationalité, de la race, de la tribu, du clan, de la caste, de la religion, de la langue, de la culture, de l’appartenance politique, de l’orientation sexuelle, de l’origine socioéconomique, du lieu géographique ou des besoins d’éducation particuliers. La discrimination peut être volontaire. Elle peut aussi être le résultat involontaire causé par des infrastructures inaccessibles aux handicapés ou des politiques ou des pratiques qui n’appuient pas la participation des apprenants. On peut citer comme exemples de discrimination : empêcher les filles enceintes ou les apprenants affectés par le VIH d’aller à l’école, ou le coût des frais de scolarité, des uniformes, des livres et des fournitures.

Des groupes ou des individus particuliers peuvent avoir des difficultés à accéder à l’éducation en situations d’urgence. Certains peuvent devenir plus vulnérables du fait de la situation d’urgence ou parce qu’ils sont déplacés. Il peut s’agir :

  • des personnes handicapées physiques et mentales ;
  • des personnes qui souffrent de graves problèmes de santé mentale et de difficultés psychosociales ;
  • des filles ;
  • des jeunes ;
  • des enfants associés aux groupes armés ou aux forces armées ;
  • des adolescents qui sont chef de ménage ;
  • des mères adolescentes ;
  • des personnes venant de groupes ethniques ou autres groupes sociaux particuliers

Les autorités nationales, les communautés et les organisations humanitaires ont la responsabilité de garantir l’accès de tous aux activités éducatives. Cela signifie qu’il faut faire une évaluation préliminaire des besoins et des priorités des groupes exclus et des personnes qui ont des besoins d’apprentissage différents dans le contexte particulier et qu’il faut répondre à ces besoins et à ces priorités. On devra identifier les politiques et les pratiques discriminatoires qui limitent l’accès à des possibilités d’apprentissage et y remédier. Le fait que des groupes ethniques, linguistiques, géographiques ou des groupes d’âge particulier n’aient pas accès à l’éducation peut créer ou prolonger des tensions qui peuvent contribuer au conflit.

Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1966) précise le droit à l’éducation :

  • L’article 2 reconnaît « le droit à l’éducation sans discrimination aucune fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou toute autre opinion, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation »
  • L’article 13 reconnaît le droit de toute personne à l’éducation qui « doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité et renforcer le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. L’éducation doit mettre toute personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre, favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux, ethniques ou religieux et encourager le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix ». L’Article 13 engage également les États à reconnaître qu’en vue d’assurer le plein exercice de ce droit : « 1) l’enseignement primaire doit être obligatoire et gratuit pour tous ; 2) l’enseignement secondaire, sous ses différentes formes, y compris l’enseignement secondaire technique et professionnel, doit être généralisé et rendu accessible à tous par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité ; 3) l’éducation de base doit être encouragée ou intensifiée, dans toute la mesure du possible, pour les personnes qui n’ont pas reçu d’instruction primaire ou qui ne l’ont pas reçue jusqu’à son terme. »
Retour en haut de page
2
Admission, scolarisation et maintien à l’école

Les demandes de documentation doivent être souples. Les certificats de citoyenneté, de naissance ou d’âge, les papiers d’identité ou les bulletins scolaires ne devront pas être exigés pour entrer à l’école parce que les populations affectées par la situation d’urgence risquent de ne pas avoir ces documents. Les limites d’âge ne doivent pas être strictement appliquées, du moment que les questions de protection et les normes culturelles sont respectées. Il faut permettre une scolarisation de la deuxième chance pour les élèves ayant abandonné l’école. Des efforts particuliers sont nécessaires pour déterminer quelles sont les personnes les plus vulnérables et les manières de les inclure. Quand il y a des problèmes de sécurité, les documents et les informations de scolarité devront être maintenus confidentiels.

Retour en haut de page
3
Une gamme de possibilités d’éducation de qualité e

AUne gamme de possibilités d’éducation de qualité est nécessaire. Il s’agit de garantir que les besoins éducatifs de tous les apprenants sont satisfaits et de contribuer au développement économique, social et politique du pays. Ces possibilités doivent être pertinentes pour les apprenants et pour le contexte. Il peut s’agir de :

  • développement de la petite enfance ;
  • enseignement primaire, secondaire et supérieur ;
  • cours d’alphabétisation et de calcul ;
  • enseignement de compétences de la vie courante ;
  • programmes d’éducation pour les jeunes et les adultes, comme un enseignement technique ou professionnel.

Dans des crises aiguës, des espaces amis des enfants ou des espaces sûrs sont souvent la première réponse, tandis qu’on établit ou qu’on rétablit l’éducation formelle. Les espaces amis des enfants visent à protéger les enfants et les jeunes et à promouvoir leur bien-être. Certains préparent les enfants et les jeunes à retourner dans des classes formelles tandis que d’autres leur permettent de participer à des activités non formelles. Ils s’adressent à différents groupes d’âge, depuis les petits enfants jusqu’aux jeunes et leur donnent accès à un apprentissage structuré, au jeu, au sport, au théâtre, à la musique, à la protection et à un appui psychosocial. Les espaces amis des enfants peuvent permettre aux membres de la communauté et au personnel des agences humanitaires et du gouvernement d’évaluer les besoins et les capacités qui existent pour une éducation formelle et non formelle, en voyant comment intégrer et appuyer les initiatives locales.

Retour en haut de page
4
Souplesse

Les possibilités d’apprentissage doivent être souples et adaptées au contexte. Les adaptations doivent comprendre :

  • le changement des horaires, heures, périodes et calendriers annuels des classes pour répondre aux besoins de groupes particuliers d’apprenants ;
  • des façons différentes d’enseigner, comme des programmes d’apprentissage autonomes, d’enseignement à distance et des programmes accélérés ou de « rattrapage » ;
  • des services de garderie pour les jeunes parents ;
  • la suppression des demandes de documents obligatoires, comme des certificats de naissance ou d’âge

Les adaptations devront être discutées avec les membres de la communauté, dont les jeunes, les femmes et d’autres qui pourraient autrement se trouver exclus. Les autorités chargées de l’éducation concernées devront être impliquées pour que les adaptations proposées puissent être reconnues. Si les apprenants sont disséminés sur une vaste zone, on peut faire une carte des école et des autres sites d’apprentissage pour faire un plan leur permettant d’avoir l’accès le plus économique possible à toute une gamme de possibilités d’éducation.

Retour en haut de page
5
Les priorités immédiates d’éducation

Les priorités immédiates d’éducation doivent être basées sur l’évaluation initiale. Il est important de prendre en compte

  • les données désagrégées par sexe et par âge ;
  • les questions de vulnérabilité et de protection ;
  • la nécessité d’enseigner des sujets particuliers, comme des informations pouvant sauver des vies ;
  • les liens avec le rétablissement du système éducatif.

Pour fixer les priorités, il faut aussi tenir compte des contraintes de financement, de logistique et de sécurité mais ceci ne devra pas conduire à exclure les groupes vulnérables

Retour en haut de page
6
Une éducation « de qualité » et « pertinente »

On trouvera dans le glossaire, pages 118 et 119, une définition pour ces termes.

Retour en haut de page
7
Implication de la communauté

Les communautés doivent s’impliquer activement dans le processus d’éducation afin de faciliter l’accès à l’éducation. L’implication des communautés aide à :

  • résoudre les problèmes de communication ;
  • mobiliser des ressources additionnelles ;
  • résoudre les questions de sécurité, de protection et les questions psychosociales ;
  • voir où on a besoin de possibilités alternatives d’apprentissage ;
  • promouvoir la participation de tous les groupes concernés, en particulier des groupes vulnérables.
Retour en haut de page
8
. Ressources

Les autorités nationales ont la responsabilité finale de s’assurer que l’éducation est fournie. Il s’agit en particulier de coordonner et de fournir suffisamment de ressources financières, matérielles et humaines. Si les autorités nationales n’ont pas la capacité de s’occuper totalement de l’éducation en situations d’urgence jusqu’à la phase de relèvement, d’autres sources pourront apporter un appui supplémentaire. Ce pourront être, par exemple la communauté internationale, les agences de l’ONU, les ONG internationales et locales, les autorités locales, les communautés, les organisations religieuses, les groupes de la société civile et d’autres partenaires du développement. Les bailleurs de fonds doivent être souples et appuyer toute une gamme d’approches coordonnées pour permettre la continuité des initiatives d’éducation et d’apprentissage.

Retour en haut de page
9
Limiter l’utilisation des établissements scolaire comme abris provisoires

Les établissements scolaires ne devront être utilisés comme abris pour les personnes déplacées que lorsqu’il n’existe pas d’autres possibilités. Il faudra identifier, durant la planification de la préparation, des emplacements alternatifs pour des abris en cas d’urgence ou de catastrophe.

Quand les établissements scolaires sont utilisés comme abris temporaires, les impacts négatifs et les risques potentiels en ce qui concerne la protection devront être minimisés en collaboration avec les secteurs des abris et de la protection. Les parties prenantes doivent se mettre d’accord sur une date où l’établissement scolaire sera retourné à sa fonction d’origine. Ceci limite les perturbations de l’apprentissage et évite que des familles ne restent dans un établissement scolaire longtemps après le début de la situation d’urgence.

Si les établissements scolaires sont utilisés comme abris temporaires, il est important de protéger les biens de l’école, comme les livres, les bibliothèques, les meubles, les dossiers scolaires et les équipements récréatifs. Les établissements scolaires doivent être rendus en état de fonctionnement. Quand c’est possible, les parties prenantes devront utiliser cette occasion pour améliorer les établissements scolaires. Par exemple, les installations sanitaires peuvent être rénovées et les structures des bâtiments renforcées.

Retour en haut de page

Les environnements d’apprentissage sont sans danger et sûrs et contribuent à la protection et au bien-être psychosocial des apprenants, des enseignants et autres personnels de l’éducation.

Actions clés

L’environnement d’apprentissage est exempt de dangers pour les apprenants, les enseignants et autres personnels de l’éducation

Voir la Note d'orientation:

Les enseignants et autres personnels de l’éducation acquièrent les compétences et les connaissances nécessaires pour créer un environnement d’apprentissage rassurant et promouvoir le bien-être psychosocial des apprenants

Voir la Note d'orientation:

Les écoles, les espaces temporaires d’apprentissage et les espaces amis des enfants sont proches des populations qu’elles desservent

Voir la Note d'orientation:

Les itinéraires d’accès à l’environnement d’apprentissage sont sûrs, sécurisés et accessibles à tous

Voir la Note d'orientation:

Les environnements d’apprentissage sont libres d’occupation militaire et ne sont pas soumis à des attaques

Voir la Note d'orientation:

La communauté contribue aux décisions concernant l’emplacement de l’environnement d’apprentissage et les systèmes et politiques qui permettront aux apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation d’être en sécurité

Voir la Note d'orientation:

Les environnements d’apprentissage sûrs sont maintenus tout au long des activités de réduction des risques de catastrophes et de gestion des catastrophes

Voir la Note d'orientation:

Notes d’orientation
1
Sécurité et sûreté

Un environnement d’apprentissage sûr offre une protection contre les menaces, les dangers, les blessures ou les pertes. Un environnement sûr n’est exposé à aucun danger physique ou psychosocial.

Les autorités nationales ont le devoir d’assurer la sécurité. Cela inclut des opérations de police suffisantes et de qualité, et le déploiement de troupes là où c’est approprié et nécessaire. Si les sites habituels d’apprentissage ne sont pas sûrs ou ne sont pas disponibles, il faudra mettre en place des sites ou des modes d’apprentissages sûrs et sécurisés. La scolarisation à domicile ou l’enseignement à distance peut être des options en de telles circonstances. Dans des situations d’insécurité, la communauté doit décider si elle désire ou non que les apprenants se rendent à l’école. Les forces de sécurité ne doivent jamais utiliser les établissements scolaires comme abris temporaires.

Retour en haut de page
2
Le bien-être physique et social

Le bien-être physique et social dépend de :

  • a sécurité, la sûreté et la protection ;
  • la santé ;
  • le bonheur et les relations chaleureuses entre les prestataires des services éducatifs et les apprenants et entre les apprenants.

Dès le plus jeune âge, les interactions des enfants avec des personnes aimantes, dans un environnement sûr, sécurisé et enrichissant aident à leur développement et à leur apprentissage. Les activités pour le bien-être des apprenants se concentrent particulièrement sur un bon développement, des interactions sociales positives et une bonne santé. Elles encouragent la participation des apprenants aux décisions qui les affectent. En participant à la résolution de problèmes, à la prise de décision et à la réduction des risques, les enfants et les jeunes peuvent se sentir moins impuissants et contribuer à leur propre bien-être.

Si les parents ne peuvent pas assurer le bien-être de leurs enfants chez eux, d’autres doivent les aider. Il peut s’agir de les orienter vers des services appropriés, s’il en existe.

Retour en haut de page
3
Protection

La « protection » est le fait de n’être exposé à aucune forme de menace, abus, exploitation ou violence physiques, émotionnels ou sociaux. Les apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation, doivent être informés et protégés des dangers dans l’environnement d’apprentissage et dans les environs. Les dangers peuvent être :

  • es brimades ;
  • l’exploitation sexuelle ;
  • les dangers naturels et environnementaux
  •  les armes, munitions, mines terrestres et munitions non explosées ;
  • les personnels armés, les emplacements situés entre deux lignes de feu et autres menaces militaires, comme l’enlèvement ou le recrutement ;
  • l’insécurité politique.

Les évaluations des risques, qui comprennent des entretiens avec les membres de la communauté, les apprenants, les enseignants et autres personnels de l’éducation, sont importantes pour comprendre les besoins et les priorités de protection. Ces évaluations préliminaires doivent être faites régulièrement et comprendre une analyse des facteurs culturels et politiques intéressants.

Quand il y a des violations de la protection, on devra les documenter et les signaler de façon confidentielle, de préférence avec l’aide de personnes formées dans le suivi des droits humains. On devra noter les informations clés sur l’incident, comme le sexe, l’âge, et si la personne a été ciblée du fait de caractéristiques particulières. Ces informations sont importantes pour pouvoir identifier des tendances et peuvent être nécessaires pour élaborer des interventions efficaces pour s’attaquer au problème. Les interventions en réponse aux violations signalées devront aussi être documentées, en notant les interventions éventuelles de prestataires de services de santé, de protection et d’aide psychosociale.

Dans les environnements où la violence et autres menaces à la sécurité physique et psychosociale des apprenants, des enseignants et autres personnels d’éducation sont courantes, il est important d’impliquer les familles et la communauté dans la promotion de la sécurité à la maison et dans la communauté. Les activités peuvent être :

  • des campagnes d’information pour les parents et les anciens pour renforcer des méthodes positives d’éducation des enfants, avec des pratiques disciplinaires positives ;
  • un travail en direction de la police et d’autres forces de sécurité pour faire prendre conscience des préoccupations de la population par rapport à la sécurité ;
  • un travail avec les communautés et les autorités concernées pour résoudre certains problèmes de sécurité, par exemple organiser des escortes pour les apprenants sur le chemin de l’école.
Retour en haut de page
4
La violence liée au genre

La violence liée au genre, surtout la violence sexuelle, est un problème sérieux de protection, potentiellement mortel. Elle peut affecter les hommes et les garçons, mais elle concerne plus souvent les femmes et les filles. Les programmes d’éducation doivent faire le suivi des problèmes de harcèlement et d’exploitation sexuelle et y remédier. Les parents, apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation, doivent s’accorder sur des manières de réduire les risques pour les enfants et les jeunes sur le chemin des espaces d’apprentissage et à l’intérieur de ceux-ci. Il peut s’agir de :

  • rédiger et afficher à un endroit visible des règles claires contre le harcèlement, l’exploitation et les abus sexuels et d’autres formes de violence liée au genre ;
  • inclure ces règles dans les codes de conduite pour les enseignants et autres personnels de l’éducation qui doivent comprendre quelles conduites sont inacceptables ;
  • augmenter le nombre de femmes adultes au sein de l’espace d’apprentissage pour protéger et rassurer les apprenantes. Quand l’équilibre entre le nombre d’enseignants et d’enseignantes n’est pas présent, des femmes de la communauté peuvent travailler bénévolement comme aides éducatrices pour promouvoir un environnement plus protecteur pour les enfants.

Quand il y a des violences liées au genre, il est important d’avoir des systèmes confidentiels et sûrs pour les signaler, porter plainte et y remédier. Ces systèmes peuvent être facilités par les autorités nationales ou par une organisation indépendante ayant des connaissances sur la violence liée au genre. Un soutien médical, psychosocial, judiciaire et de protection doit aussi être offert aux survivants de la violence liée au genre dans le cadre d’un système d’orientation bien coordonné.

Retour en haut de page
5
La distance maximale entre les apprenants et leur site d’apprentissage

La distance maximale entre les apprenants et leur site d’apprentissage doit être définie selon les normes locales et nationales. Il est important de tenir compte des questions de sécurité, de sûreté et d’accessibilité, comme les risques représentés par les quartiers militaires, les mines terrestres ou une brousse épaisse dans les environs. Les apprenants, les parents et autres membres de la communauté doivent être consultés sur l’emplacement des sites d’apprentissage et les dangers potentiels. Quand la distance de l’école est si importante qu’elle rend celle-ci moins accessible, on peut recommander de prévoir des classes supplémentaires (ou « satellites » ou « annexes ») sur des sites plus proches des habitations.

Retour en haut de page
6
Itinéraires d’accès

Pour garantir des itinéraires d’accès sûrs et sécurisés pour tous les apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation, il faut que les communautés, y compris les garçons et les filles des différents groupes d’âge, déterminent quelles sont les menaces perçues et les mesures à prendre pour y remédier. Par exemple, dans des zones où les apprenants doivent aller à l’école et en revenir en suivant des routes mal éclairées, la sécurité peut être améliorée si un adulte les escorte ou en utilisant des réflecteurs ou des bandes réfléchissantes sur les vêtements et les sacs.

Retour en haut de page
7
Protéger l’éducation des attaques

Dans certains contextes, les apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation sont exposés à des risques physiques ou psychosociaux sur le chemin de l’école. Parmi les actions pour réduire ces risques, on peut :

  • enrichir le programme scolaire pour y inclure des messages de sécurité, un appui psychosocial et une éducation sur les droits de l’homme, la résolution des conflits, l’édification de la paix et le droit humanitaire ;
  • conscientiser le public à la signification et à l’utilisation des Conventions de Genève et du Statut de Rome de la Cour pénale internationale qui interdisent les attaques contre des civils (comme les enseignants et les élèves) et les bâtiments scolaires en tant de guerre ;
  • éduquer les systèmes judiciaires du gouvernement, les forces armées et les groupes armés sur les principes de base du droit humanitaire et son application à la protection de l’éducation ;
  • renforcer les bâtiments ou les murs d’enceinte et utiliser des gardes (volontaires payés ou bénévoles de la communauté) ;
  • prévoir des logements sur place pour les enseignants ;
  • déménager les sites d’apprentissage et les élèves, enseignants et autres personnels de l’éducation menacés ;
  • mettre sur pied des écoles à domicile ou des écoles communautaires.

Selon le contexte et les problèmes de sécurité, les communautés ou les comités communautaires d’éducation peuvent prendre la responsabilité de la protection des écoles. Par exemple, ils peuvent fournir des escortes ou identifier des leaders communautaires ou religieux qui enseigneront dans les écoles et les appuieront. Dans les conflits civils, les membres de la communauté peuvent aider à promouvoir des négociations avec les deux côtés du conflit pour élaborer des codes de conduite qui font des écoles et des espaces d’apprentissage des sanctuaires sûrs ou des « zones de paix. »

Les attaques contre les écoles et les hôpitaux sont l’une des six graves violations prohibées dans le cadre de la résolution 1612 (2005) du Conseil de sécurité de l’ONU. S’il y a des attaques, elles doivent être signalées par l’intermédiaire du mécanisme de surveillance et de communication de l’information de l’ONU.

Retour en haut de page
8
Formation sur l’appui psychosocial et le bien-être :

Les enseignants et autres personnels de l’éducation sont invités à recevoir une formation sur la manière d’apporter un appui psychosocial aux apprenants par :

  • un apprentissage structuré ;
  • l’utilisation de méthodes adaptées aux enfants ;
  • le jeu et la récréation ;
  • l’enseignement de compétences de la vie courante ;
  • l’orientation vers des services spécialisés.

Il est important de s’intéresser au bien-être des enseignants et autres personnels de l’éducation. Cela contribuera au bien-être des apprenants et à la réussite des programmes d’éducation formelle et non formelle.

Retour en haut de page
9
Gestion non-violente de la classe

Selon le Cadre d’action de Dakar, l’éducation doit être conduite « selon des méthodes qui soient de nature à promouvoir la compréhension mutuelle, la paix et la tolérance et à contribuer à prévenir la violence et les conflits». Pour réaliser ce but, les enseignants ont besoin d’être préparés à une gestion positive de la classe. Il s’agit de garantir que l’environnement d’apprentissage promeut la compréhension mutuelle, la paix et la tolérance et donne des compétences permettant de prévenir la violence et le conflit. Le renforcement positif et un système solide de discipline positive sont les fondements sur lesquels ont peut établir un tel environnement. Ils doivent remplacer les punitions corporelles, les injures, les humiliations et les intimidations. Les intimidations comprennent le stress mental, la violence, la maltraitance et la discrimination. Ces points doivent être inclus dans les codes de conduite pour les enseignants et abordés systématiquement lors de la formation des enseignants et des activités de supervision.

Retour en haut de page
10
Participation communautaire

Les communautés sont appelées à prendre un rôle déterminant dans la création, le maintien et la protection de l’environnement d’apprentissage. Il est important que des représentants de tous les groupes vulnérables participent à la conception des programmes. Cela permet à la communauté de se sentir plus responsable de l’appui à l’éducation.

Retour en haut de page
11
Réduction et gestion des risques de catastrophes

Les apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation peuvent être formés pour pouvoir soutenir les activités de prévention et de gestion des catastrophes. Il peut s’agir:

  • de l’élaboration et de l’utilisation des plans de préparation à l’urgence ;
  • de la pratique d’exercices de simulation pour des catastrophes prévues et répétées ;
  • de mesures structurelles et non structurelles dans les écoles, comme des plans d’évacuation des écoles dans les zones sujettes aux tremblements de terre.

La communauté ou les comités de sécurité à l’école auront peutêtre besoin d’appui pour pouvoir élaborer des plans de gestion des catastrophes ou de sécurité à l’école et pour faire la mise en œuvre de ces plans. Pour cela, ils devront aitre aidés pour faire l’évaluation préliminaire des risques et déterminer les priorités, mettre en œuvre les stratégies de protection physique et environnementale et élaborer des procédures et déterminer des compétences pour la préparation aux interventions de réponse.

Les plans de préparation à l’urgence, comme le plans d’évacuation de l’école, doivent être élaborés et partagés de manière à ce qu’ils soient accessibles à tous, y compris aux personnes analphabètes, et aux personnes ayant un handicap physique, mental ou cognitif.

Retour en haut de page

Les établissements scolaires contribuent à la sécurité et au bien-être des apprenants, des enseignants et autres personnels de l’éducation et sont en lien avec des services de santé, de nutrition, de protection, et des services psychosociaux.

Actions clés

Les sites et structures d’apprentissage sont sûrs et accessibles à tous les apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation

Voir la Note d'orientation:

Les environnements d’apprentissage temporaires et permanents sont réparés, modernisés ou remplacés selon les besoins et on utilise une conception et une construction résilientes aux catastrophes

Voir la Note d'orientation:

Les espaces d’apprentissage sont marqués par des limites protectrices visibles et des panneaux clairs.

Les structures physiques utilisées pour les sites d’apprentissage sont appropriées à la situation et comportent un espace adéquat pour les cours, l’administration, la récréation et les installations sanitaires

Voir la Note d'orientation:

L’espace en classe et la disposition des sièges respectent la quantité d’espace convenue par élève et par enseignant pour promouvoir des méthodologies participatives et des approches centrées sur l’apprenant

Voir la Note d'orientation:

Les membres de la communauté, y compris les jeunes, participent à la construction et à l’entretien de l’environnement d’apprentissage

Voir la Note d'orientation:

Des quantités adéquates d’eau propre et des installations sanitaires sont prévues pour l’hygiène personnelle et la protection, en prenant en compte le sexe, l’âge et les handicaps

Voir la Note d'orientation:

L’éducation à la santé et à l’hygiène, basée sur les compétences, est promue dans l’environnement d’apprentissage

Voir la Note d'orientation:

Il existe des services scolaires de santé et de nutrition pour lutter contre la faim et les autres obstacles à un apprentissage efficace et à un bon développement

Voir la Note d'orientation:

Les écoles et les espaces d’apprentissage sont en lien avec des services de santé, de nutrition, de protection, et des services psychosociaux

Voir la Note d'orientation:

Notes d’orientation
1
Emplacement

Les établissements scolaires doivent être construits, reconstruits ou déplacés sur des sites qui promeuvent l’équité et la sécurité physique des apprenants, enseignants et autres personnels de l’éducation. Il est important d’étudier si les sites des établissements scolaires d’avant la crise doivent être réutilisés. La reconstruction des structures physiques à leur emplacement précédent peut perpétuer la discrimination envers certains groupes de la communauté ou faire courir aux apprenants un risque de catastrophe naturelle. Des évaluations préliminaires approfondies du conflit et des risques de catastrophes sont essentielles. Elles devront comprendre des entretiens avec des représentants des autorités nationales et une large gamme de membre de la communauté, en particulier les groupes vulnérables. Ceux-ci peuvent fournir des informations précieuses sur les endroits où peuvent être construits les établissements scolaires. Une collaboration avec d’autres secteurs (comme la coordination et la gestion des camps, les abris et la santé) est essentielle pour que les écoles et les établissements scolaires soient près des habitations des apprenants et d’autres services.

Retour en haut de page
2
Structure, conception et construction

Il est important de prendre en compte les éléments suivants dans la conception et la construction d’établissements scolaires temporaires et permanents.

  • La sélection d’un site sûr : des professionnels qualifiés devront vérifier la sécurité structurelle des bâtiments scolaires endommagés et fixer les priorités pour la réoccupation, la réparation, la modernisation ou le remplacement des bâtiments, selon le besoin et le coût.
  • Une conception et une construction inclusives et résilientes aux catastrophes : les normes internationales de planification et les codes de construction (ou les codes locaux, s’ils sont de niveau plus élevé) doivent être appliqués aux constructions temporaires ou permanentes. Les établissements scolaires doivent être conçus, construits et entretenus pour être résilients face aux dangers connus et aux menaces telles que les incendies, les tempêtes, les séismes et les glissements de terrain. Les travaux de reconstruction doivent garantir qu’aller à l’école n’exposera pas les apprenants, les enseignants et autres personnels de l’éducation à des risques évitables ; la conception et la construction doivent prévoir un éclairage, une ventilation et un chauffage (le cas échéant) adéquats pour garantir un environnement d’enseignement et d’apprentissage de qualité
  • Si la structure peut être entretenue par les autorités locales et la communauté locale à un coût abordable : à chaque fois que c’est possible, on utilisera des matériaux achetés localement et une main d’œuvre locale pour construire la structure. On prendra des mesures pour que les structures soient économiques et que les éléments physiques (par ex. les toits, les sols) soient durables.
  • Le budget disponible, les utilisations possibles, maintenant et à long terme, et l’implication des communautés, des planificateurs et des gestionnaires de l’éducation.

Les structures peuvent être temporaires, semi permanentes ou permanentes, elles peuvent être des extensions ou être mobiles. Quand des groupes différemment affectés par la situation d’urgence sont impliqués dans des activités communes, comme la construction et l’entretien d’écoles, cela peut aider à l’atténuation des conflits.

Retour en haut de page
3
Handicapés

Les besoins des handicapés physiques et visuels doivent être pris en compte lors de la construction des établissements scolaires. Les entrées et sorties doivent être accessibles à des personnes en fauteuil roulant ou utilisant d’autres appareillages d’aide à la mobilité. Les salles de classe, leur mobilier et les installations sanitaires doivent répondre aux besoins des personnes handicapées. Quand on choisit un site ou qu’on reconstruit des établissements scolaires, il est recommandé de travailler au niveau national et local en collaboration avec des organisations représentant des personnes ayant différents types de handicaps, des parents d’enfants handicapés et des jeunes handicapés.

Retour en haut de page
4
Conception et entretien des espaces d’apprentissage

Les établissements scolaires doivent être conçus en réfléchissant bien à qui va utiliser l’espace d’apprentissage. Les espaces doivent être appropriés au sexe, à l’âge, aux capacités physiques et à la culture de tous les utilisateurs. Il faudra fixer une norme localement réaliste pour le nombre maximal d’élèves par classe. Il faudra prévoir, si possible, suffisamment d’espace pour des salles de classes supplémentaires au cas où le nombre d’élèves augmenterait afin de pouvoir réduire progressivement l’utilisation des salles de classe en alternance par plusieurs groupes. Les entrées et les sorties doivent permettre aux élèves, enseignants et autres personnels de l’éducation de sortir sans danger en cas d’urgence.

La structure du bâtiment, y compris les installations sanitaires, et le mobilier, comme les bureaux, chaises, tableaux, doivent être entretenus régulièrement. Les membres de la communauté et le comité communautaire d’éducation peuvent contribuer à l’entretien des espaces d’apprentissage en fournissant de la main d’œuvre, du temps ou des matériaux.

Retour en haut de page
5
Des installations sanitaires

Des installations sanitaires devront être disponibles dans l’environnement d’apprentissage ou à proximité. Pour cela, il est important de collaborer avec le secteur eau et assainissement. Les installations sanitaires comprennent :

  • des installations d’évacuation des déchets solides, comme des conteneurs et des puits pour les déchets
  • des installations de drainage, comme des puits perdus et des canaux de drainage
  • suffisamment d’eau pour l’hygiène personnelle et pour nettoyer les toilettes.

Les installations sanitaires doivent êtres accessibles aux handicapés et doivent protéger l’intimité, la dignité et la sécurité. Les portes des toilettes doivent se fermer de l’intérieur. Pour empêcher le harcèlement sexuel et les mauvais traitements, des toilettes séparées pour les garçons/hommes et les filles/femmes seront situées dans des endroits sûrs, pratiques et faciles d’accès. Les normes de Sphère pour les toilettes demandent une toilette pour 30 filles et une pour 60 garçons. S’il n’est pas possible dès le début d’avoir des toilettes séparées, on peut s’arranger pour éviter que les filles et les garçons n’utilisent les toilettes en même temps. S’il n’y a pas de toilettes à l’intérieur du site d’apprentissage, on peut chercher dans les environs à quel endroit on peut trouver des installations sanitaires et surveiller leur utilisation par les élèves.

Il faudra fournir du matériel sanitaire aux apprenantes et, si nécessaire, des vêtements culturellement appropriés pour qu’elles puissent participer pleinement à l’apprentissage.

Retour en haut de page
6
Eau propre et promotion de l’hygiène

Les environnements d’apprentissage doivent avoir une source d’eau propre et doivent fournir du savon. Les pratiques d’hygiène, comme se laver les mains et le visage, doivent être incluses dans les activités quotidiennes. Les directives de Sphère pour les quantités minimales d’eau dans les écoles sont de 3 litres d’eau par élève et par jour pour boire et se laver les mains.

Retour en haut de page
7
Services de santé et de nutrition à l’école

Les programmes de santé et de nutrition à l’école lient l’éducation à des ressources dans les secteurs de la santé, de la nutrition et de l’assainissement. Ils remédient aux obstacles à l’apprentissage et promeuvent un développement sain. Il peut s’agir de :

  • programmes d’alimentation scolaire pour répondre aux problèmes de la faim ;
  • traitement vermifuge pour traiter les infections parasitaires ;
  • programmes de prévention des maladies contagieuses (comme la rougeole, la diarrhée, le VIH et le Sida) ;
  • fourniture de suppléments en oligoéléments (comme la vitamine A, le fer et l’iode).

Les programmes doivent suivre des directives reconnues, comme les directives du Programme alimentaire mondial sur l’alimentation scolaire. Il est important de travailler en coordination avec les secteurs de la santé et de la nutrition.

Retour en haut de page
8
Accès aux services locaux et orientation vers des services spécialisés

Les enseignants et autres personnels de l’éducation peuvent orienter les apprenants vers des services locaux spécialisés pour appuyer et promouvoir leur bien-être physique, psychosocial et émotionnel. Ils doivent être formés à reconnaître les signes de détresse physique ou psychosociale et d’autres problèmes de protection, comme des enfants qui ont été séparés de leur famille. Ils doivent transmettre les informations sur les menaces au bien-être des apprenants aux partenaires concernés d’autres secteurs de services.

Pour que le système d’orientation vers des services spécialisés fonctionne bien, il faut établir des liens formels avec des services extérieurs. Il peut s’agir de services d’assistance psychologique, de services psychosociaux et légaux pour les survivants de violence sexuelle ou liée au genre, et de services sociaux pour des cas suspectés de maltraitance ou de négligence. Les enfants qui ont été associés à des groupes armés ou des forces armées peuvent avoir besoin d’aide pour retrouver leur famille et être réunis avec elle

Retour en haut de page
Ressources associées