Le droit à l’éducation dans les situations d’urgence

Exhorte les États Membres à mettre en œuvre des stratégies et des politiques qui garantissent et appuient la réalisation du droit à l’éducation en tant qu’élément constitutif de l’aide et de l’action humanitaires, autant que leurs ressources le leur permettent, et avec l’appui de la communauté internationale, du système des Nations Unies, des donateurs, des organismes multilatéraux, du secteur privé, de la société civile et des organisations non gouvernementales ; Prie les États Membres de faire en sorte que les meilleurs systèmes d’éducation possibles soient en place, notamment en y consacrant des ressources suffisantes, en adaptant comme il convient les programmes scolaires et la formation des enseignants, en procédant à des évaluations des risques, en mettant en œuvre des programmes de préparation aux catastrophes dans les écoles, et en mettant en place le cadre juridique nécessaire aux mesures de protection ainsi qu’aux services de santé et aux services sociaux de base de façon à pouvoir faire face aux situations d’urgence ; Recommande que les États Membres assurent à toutes les populations touchées par des situations d’urgence un accès à l’éducation conformément à leurs obligations en vertu du droit international, et ce, sans discrimination d’aucune sorte ; Exhorte toutes les parties à un conflit armé à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, en particulier humanitaire et des droits de l’homme, notamment à respecter les populations civiles, en particulier les étudiants et le personnel enseignant, à respecter les biens de caractère civil tels que les établissements d’enseignement et à s’abstenir de recruter des enfants dans des forces ou des groupes armés ; Exhorte les États Membres à tenir compte des risques de catastrophe et des considérations de sécurité à toutes les étapes de la planification, de la conception, de la construction et de la reconstruction d’établissements d’enseignement ; Exhorte également les États Membres à tenir spécialement compte, dans le cadre de leurs mesures en faveur de l’éducation, des besoins particuliers des filles dans les situations d’urgence, qui les rendent plus vulnérables à la violence sexiste ; Demande à toutes les parties concernées de veiller à ce que l’ensemble des processus et accords de paix, ainsi que des efforts de redressement après un conflit, de rétablissement et de consolidation de la paix et les mesures de planification de la reconstruction tiennent compte des besoins spécifiques et particuliers des femmes, des enfants et des jeunes et prévoient des mesures spécialement destinées à assurer la protection des civils, notamment à faciliter un accès rapide à l’enseignement et à l’apprentissage, et de garantir la participation des femmes, des enfants et des jeunes à ces processus et mécanismes ; Exhorte tous les États Membres, y compris les donateurs, à continuer d’appuyer les divers mécanismes de financement de l’action humanitaire et d’envisager d’accroître leurs contributions aux programmes d’éducation auxquels il est fait référence dans les appels humanitaires, y compris les appels globaux et les appels éclairs, compte tenu des besoins estimés, afin de garantir en temps opportun un apport de ressources suffisantes, prévisibles, souples et adaptées aux besoins, et invite le secteur privé et tous les individus et organismes concernés à faire de même.

Information sur les Ressources

Type de ressource

Document de politiques

Publié

Publié par

Nations Unies

Thème(s)

Droit à l'éducation