Publication de recherches

Pekin et Washington vus des écoles ivoiriennes

La fabrique de la guerre idéologique entre la Chine et les Etats-Unis s’incarne aussi dans le champ de l’aide au développement. Pour autant, on peut se demander dans quelle mesure la Chine et les États-Unis sont complètement aux manettes, l’aide américaine et chinoise pouvant en effet être manipulée par le bas, par les Etats dans lesquels ils opèrent. L’influence n’est en effet plus unidirectionnelle depuis longtemps (l’a-t-elle d’ailleurs jamais été ?) et les terrains de luttes idéologiques et économiques ne sont pas que spectateurs. L’enjeu – de taille – est bien évidemment de capter la manne opportune du développement et de l’orienter là où le Ministère du Plan le souhaite, en ligne avec les orientations sectorielles à court et moyen terme du gouvernement. Afin de documenter cette marge de manœuvre (relative) des États récipiendaires, cette contribution se propose d’examiner de manière très concrète l’appui chinois et américain à la Côte d’Ivoire dans le champ spécifique de l’aide à l’éducation. Quels volumes d’aide américains et chinois ont été engagés dans le secteur de l’éducation ? Sous quelles formes ? Quel est le poids de ces financements par rapport aux financements français ? Dans quelle mesure les approches américaines et chinoises sont-elles différentes des autres partenaires financiers de la Côte d’Ivoire ? Et surtout, comment navigue l’État ivoirien dans cette lutte d’influence, et comment réussit-il à canaliser ces opportunités financières pour lui permettre de réaliser ses plans ? Car en matière de politique éducative, il ne faut pas se tromper, c’est bien l’État ivoirien qui mène la danse.

Information sur les Ressources

Publié

Publié par

Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS)

Écrit par

Magali Chelpi-den Hamer